Aller au contenu principal

8 mars : Le gang des vieilles en colère est aussi sur le pont (vidéo)

Le Gang des vieux en colère est né en 2017, à l'époque, ils souhaitaient défendre une retraite décente et normale pour les jeunes et les enfants.  En ce 8 mars, ils ont décidé de pousser un "coup de gueule" pour faire avancer les choses surtout en matière de retraite, de Grapa, la garantie de revenus aux personnes âgées, ou encore d'accès aux maisons de repos, avec un message clair : "les vieux sont tous des vieilles".

Danny est une jeune mamy très dynamique, elle a toujours milité pour les droits des femmes sans en avoir l'air. Son objectif : rester indépendante.  Mais en ce 8 mars 2021, les choses sont différentes, le covid exacerbe encore un peu plus les inégalités, il est donc nécessaire de s'y mettre, elle pousse donc un coup de gueule au nom des 7.000 Vieilles Gangstères en colère

"Je ne suis pas quelqu'un qui faisait partie de mai 68, parce que à l'époque, je faisais des enfants (rire), mais je suis venue petit à petit à ce genre de réflexions et de discussions. Je n'ai toutefois jamais appartenu à un mouvement quelconque parce que je veux garder mon indépendance et pouvoir dire ce que je veux à qui je veux !"

Un coup de gueule pour le 8 mars

Et des choses à dire sur la situation des femmes, Danny en a quelques-unes. Elle les a notamment signifiées à la ministre des pensions et de la lutte contre la pauvreté, Karine Lalieux. (voir l'intégralité de la lettre ci-dessous) 

"Nous nous battons depuis 2017 et petit à petit est venu se greffer à nos revendications sur les pensions, les différences hommes - femmes. Ce 8 mars, c'était donc l'occasion de pousser un "coup de gueule" pour faire avancer les choses."

Avec aussi des revendications claires et ciblées sur les différences en matière de salaires notamment. 

"Peu de femmes atteignent une retraite complète en fin de carrière pour plein de raisons, et notamment parce que beaucoup d'emplois pour les femmes ne sont pas à temps plein. Je pense à toutes les femmes qui travaillent dans des grandes surfaces, comme aide ménagères, etc."

Des femmes qui sont par ailleurs tenues à des horaires incompatibles avec un second mi-temps. Danny pense que cela ne devrait pas entrer en compte dans le calcul d'une pension minimum. 

"Quelque soit la carrière que l'on ait faite ou choisie, il faut que l'on soit tous égaux.  Il faut que l'on arrête de faire des différences entre carrière complète et pas complète, il faut que le minimum soit requis que les gens puissent vivre dignement."

Des revendications légitimes

Et parmi les autres revendications, il y a la GRAPA qui fait tourner la tête de ce gang des vieux en colère. Beaucoup de membres du Gang sont assujettis à ce complément de revenus. Pourquoi ne pas la remplacer par le « Minimum pension-décente universel » et ainsi arrêter d'entraver la libre circulation des ayants-droits à la GRAPA, qui sont majoritairement des Vieilles femmes.

Autre revendication, mais que le Gang n'est pas seul à porter cette fois, l'individualisation des droits pour tous ceux (majoritairement les Vieilles femmes en grande précarité) qui souhaitent cohabiter pour raisons économiques et la suppression du statut de cohabitant.

Enfin, le prix d’une place dans une Maison de Retraite (MR) et/ou une Maison de Retraite et de Soins (MRS) reste un gros problème pour les personnes âgées. Le Gang souhaite qu'il soir plafonné à un prix 10% inférieur au « Minimum pension-décente universel ». Les Vieilles femmes, aussi, ont droit à un minimum d’argent de poche.

Danny et ses gangsters en ont assez de tourner leur langue plusieurs fois dans la bouche avant de parler. Un coup de gueule, c'est un coup de gueule, encore faut-il qu'il soit entendu par la ministre concernée. 

L'entièreté de la lettre adressée à la ministre fédérale des Pensions et de l’Intégration sociale, Karine Lalieux. 

Madame la Ministre du droit des Vieilles, 

Chère Karine Lalieux,

Notre mouvement citoyen, Gang des Vieux en Colère, ne peut accepter que les femmes, qui sont la moitié de nos membres, n’aient pas toutes accès à une pension de retraite minimum égale à celle des hommes ! 

Comment, en 2021, pouvez-vous tolérer cette injustice sociale ? Et surtout, ne venez pas nous dire qu’il n’y a pas assez d’argent. De l’argent pour mettre fin à une pandémie, comme pour mettre fin à une telle injustice sociale ; Des moyens, on en trouve toujours !

Nous vous rappelons, Madame la Ministre des droits des Vieilles, que le GANG se bat pour que les générations futures puissent vieillir dans la dignité en ayant un montant de pension de retraite minimum digne, garanti égal pour toutes et tous, et un accès décent aux soins de santé égal pour toutes les femmes comme pour tous les hommes.

Vous le savez, Chère Karine Lalieux , même en 2024, nous serons loin du compte si vous ne modifiez pas ce qui est inscrit dans l’accord de gouvernement !                                                                                                        En effet, l’injustice sociale est dans le libellé « Carrière complète » ! C'est "Carrière complète" qui pénalise d’abord la Vieille femme !

Nous vous rappelons, Madame la Ministre du droit des Vieilles, que le GANG revendique : 

Le relèvement du montant minimal de la pension de retraite pour tous et toutes, (0% écart de retraite H/F – calculé en novembre 2020) à 1.690 € net liée au bien-être. (Minimum pension-décente universel)

Remplacer la GRAPA par le « Minimum pension-décente universel » et imposons la libre circulation des ayants-droits à la GRAPA, qui sont majoritairement des Vieilles femmes.

L'Individualisation des droits pour tous ceux (majoritairement les Vieilles femmes en grande précarité) qui souhaitent cohabiter pour raisons économiques. Le GANG revendique la suppression du statut de cohabitant.

Plafonner le prix d’une place dans une Maison de Retraite (MR) et/ou une Maison de Retraite et de Soins (MRS) à un prix 10% inférieur au « Minimum pension-décente universel ». Les Vieilles femmes, aussi, ont droit à un minimum d’argent de poche.

Le 08 mars est la seule journée de l'année consacrée au droit des femmes. C’est pourquoi nous espérons bien, de la part d’une ministre femme, d'féministe et d'une militants engagée socialement, une déclaration forte de votre part qui ira enfin dans le sens de l’égalité des droits entre Vieilles et Vieux.

Veuillez, Madame la Ministre du droit des Vieilles, Chère Karine Lalieux, accepter l’expression de notre exigeant respect – comme l’écrivait Françoise Giroud au Président socialiste Pierre Mendès France.

 

                    


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept