Aller au contenu principal

Erquelinnes : Les dérives de la série Squid Game dans la cour de récré

L'école du Béguinage à Erquelinnes est sous le feu des projecteurs depuis le début de la semaine. C'est la direction qui a tiré la sonnette d'alarme puisque les enseignants ont constaté que les élèves s'inspiraient de la série Squid Game pour jouer au jeu: 1, 2, 3 soleil. Rapidement, le corps enseignant a joué la carte de la transparence et de la prévention.

1,2,3 soleil, est un jeu d'enfants qui existe quasi depuis la nuit des temps dans les cours de récré. Mais lundi, les élèves de l'école du Béguinage à Erquelinnes l'ont revisité de manière violente en s'inspirant de la série à succès sud-corréenne : Squid Game. 

Sabrina Caci la directrice de l’école du Beguinage d’Erquelinnes raconte :

"Les enfants jouaient dans la cour, et soudain une petite fille s'est mise à pleurer. Les enseignants se sont inquiétés et c'est là que la fillette a dit qu'elle avait joué à 1,2,3 soleil et qu'elle avait reçu un coup au visage"

En parlant aux enfants, les enseignants ont pris conscience qu'il s'agissait d'une imitation de la série Squid Game disponible sur Netflix

Dans la foulée, ils ont très vite réagi en prenant le problème très au sérieux. Via la page facebook de l’école, la directrice a publié un post pour prévenir des dérives. 

"J’ai tout de suite communiqué en disant que l'on avait eu un souci, en faisant référence à la série. J'ai expliqué qu'elle était interdite aux mineurs et j'ai demandé la collaboration des parents."

Cette série est interdite au moins de 16 ans. Si beaucoup des bambins ne l’ont pas vu selon les enseignants, les enfants peuvent néanmoins avoir accès à la bande annonce et aux vidéos sur tik-tok. On a joué la carte de la transparence avec toutes les personnes concernées. 

David Lavaux, le bourgmestre cdH d’Erquelinnes, a pris les choses en main lui aussi.

"On n'a rien à cacher au niveau des écoles, il y a un problème, il y a eu des violences, on en parle, on règle le problème. C'est une façon aussi de régler des violences futures et si on a aidé d'autres écoles tant mieux."

Car l’école et la commune travaillent ensemble pour débattre, conscientiser et écouter aussi. Le bourgmestre se dit attentif à donner la parole aux élèves, leur permettre de s'exprimer aussi.

La directrice Sabrina Caci rappelle que les enfants viennent à l'école pour travailler et se sentir bien et qu'il faut aussi leur apprendre que la violence n'arrange rien. Mais il faut que les parents aussi jouent le jeu.

Si dans la série le jeu 1,2,3 soleil vire au cauchemar pour ceux qui échouent, il n’en sera pas de même pour les élèves d'Erquelinnes. Cette histoire qui finit bien a rappelé aux adultes qu’il faut continuer à rester attentif dans la protection des enfants. 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept