Aller au contenu principal

Fleurus : Pépiterra une pépinière locale et éco-responsable

Entre ceux qui rêvent de changer de vie et ceux qui le font, il y a Pépiterra, un projet de pépinière locale et éco-responsable qui s'est construit pas à pas et qui produit aujourd'hui ses premiers arbres fruitiers. Arnaud, son épouse et ses enfants, voulaient vivre dans un univers qui corresponde à leurs aspirations. Pour cet ingénieur en informatique de formation, le projet a été de se rapprocher de la terre et de la culture, pari réussi jusque là. 

Son petit coin de terre, Arnaud l'a installé à Wagnelée, dans l'entité de Fleurus. Mais pour aller au bout de son rêve, ce passionné du vivant, d'agriculture bio et de micro-agriculture, a dû d'abord mettre les mains dans la gadoue.

"Cela a commencé avec un potager et puis j'ai suivi des formations en permaculture. C'est lors d'un stage en permaculture que m'est venue l'idée de la pépinière."

Et en peu de temps la pépinière a vu le jour avec quelques premières productions et beaucoup d'autres à venir.

"Chez Pépiterra dès l'année prochaine il y aura des poiriers, des pruniers et des cerisiers."

Plus résistants, moins chers mais tout aussi prometteurs

Arnaud produit aujourd'hui des scions d'arbres fruitiers, c'est-à-dire de jeunes arbres qui ont un an à peine. Les variétés proposées proviennent de la sélection Certifruit. Des variétés adaptées à notre région et à notre climat pour le jardinier amateur.

"La plupart des pépinières en Belgique vendent des arbres qui ont 4 à 5 ans, nous nous vendons des scions, des arbres qui ont un an. L'avantage c'est que planter un arbre jeune va lui permettre de mieux s'enraciner et d'être beaucoup plus résistant naturellement aux principales maladies et aux ravageurs. L'autre avantage c'est que nous pouvons les vendre moins cher."

Dans les pépinières, sont vendues des basses, mi- ou hautes tiges. Les plus grands sont généralement vendus entre 50 et 70 euros pièce. Chez Pépiterra un pommier ou un poirier est vendu à 15 euros, tandis qu'un cerisier ou un prunier coûte 20 euros. Mais selon le porte greffe il deviendra un arbre petit, moyen ou grand, le résultat est donc le même.

A la Sainte-Catherine...

Pour aller chercher un fruitier, c'est juste le bon moment. La plantation va se faire dès le week-end prochain, jusqu'en janvier ou février. Mais attention aux mauvaises surprises si vous n'avez pas réservé le vôtre chez Arnaud. 

"Tous les arbres sont vendus en racines nues, donc la bonne période de plantation, ça va être maintenant. Chez nous, nous essayons que les clients commandent en amont, mais c'est vraiment maintenant qu'ils vont pouvoir venir chercher leur commande."

La qualité, ça se mérite et Arnaud n'est pas du genre à gaspiller ce que lui offre la nature. Si ce n'est pas pour cette année tentez votre chance l'année prochaine car ce péiniériste en herbe n'est pas prêt de s'arrêter en si bon chemin.

 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept