Aller au contenu principal

Gerpinnes: des travaux pour éviter les inondations à la rue de Moncheret

Le 23 décembre dernier, la rue Moncheret avait été touchée par de grosses inondations, victimes des eaux de deux ruisseaux: les Malagnes et le Charnoy. En cause, un pertuis sous la route qui est bouché. La Province, responsable des petits ruisseaux, a immédiatement réagi pour trouver une solution. Les travaux sont en cours.

 

Le 23 décembre, les eaux ont envahi la rue de Moncheret

Le 23 décembre, les inondations à la rue Moncheret avait été impressionnantes. Ce n’était pas la première fois à cet endroit. Mais cette fois, c’était différent. En général, le débordement se faisait par-dessus la route. En décembre dernier, les eaux sont remontées du sol par la chambre de visite. Le problème est d’autant plus important qu’ici, ce sont les eaux de deux ruisseaux qui s’accumulent: le Charnoy qui prend sa source aux Flaches, traverse Joncret et Lausprelle et aboutit à Acoz; et le ruisseau de la Malagne qui vient du dessus de Lausprelle et rejoint Acoz à côté du Charnoy.

 

La cause? Un pertuis bouché

Les services provinciaux, présents sur place le soir même, ont assez vite découvert la cause: le pertuis sous la route qui est bouché.

« Sur le terrain au-dessus du pertuis, explique Fabienne Devilers, la députée provinciale en charge des cours d’eaux, on a déboisé et mis un terrain à blanc. Donc les branchages, avec la vitesse de l’eau, ont découlé et bloqué le pertuis qui était déjà en mauvais état. »

 

Des pompes comme solution transitoire

Pour ne pas creuser dans la route, il a fallu creuser dans le jardin de particuliers pour atteindre et percer la voute du tunnel. Et une solution d’urgence a été mise en place. Deux pompes ont été placées, le bouchon a été repéré et les ouvriers ont d’abord essayé de dégager les branchages. Mais la plus grosse partie du bouchon est restée inaccessible. L’eau peut quand même toujours passer à l’heure actuelle. Et les pompes éliminent l’éventuel trop-plein.

 

A Gerpinnes, on ne sait que trop ce que sont les inondations…

Il fallait trouver une solution. D’autant qu’à Gerpinnes, les inondations ont laissé de mauvais souvenirs à la population.

« En août 87, rappelle Philippe Busine, le bourgmestre de Gerpinnes, on a eu des inondations vraiment très importantes puisqu’on a eu quand même trois personnes décédées. Donc il y a une psychose. Certains s’inquiètent dès qu’il y a un peu de pluie ou un orage. »

 

Pour éviter d’autres inondations, on reconstruira un nouveau pertuis

Il serait trop difficile d’accéder au bouchon dans le pertuis pour l’enlever. Il faudra donc remplacer le tunnel sous la route.

« Il faudra en refaire un autre, annonce la députée provinciale Fabienne Devilers. Un peu plus loin et sans courbes à angles droits qui provoquent plus facilement des inondations. »

Un nouveau pertuis sera aussi placé sur le ruisseau des Marlagnes. Un budget provincial de 220 000 euros est prévu pour les travaux des deux ruisseaux. Un marché public sera bientôt lancé. Et ensuite, les travaux pourront commencer. En attendant, les pompes font leur travail pour éviter tout risque de nouvelles inondations.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept