Aller au contenu principal

La demande d'extension de la décharge de Monceau a été refusée !

La demande du gestionnaire de la décharge de Monceau pour étendre son activité a été refusée par le fonctionnaire délégué. Une bonne nouvelle pour tous les citoyens qui se trouvent à proximité mais à l'heure où la transition écologique est au coeur des discussions, on voyait mal comment cette décharge allait étendre sa surface d'exploitation et sa durée dans le temps.

Le fonctionnaire délégué n’a tout simplement pas donné de réponse, du coup, la demande est automatiquement refusée dès que le délais est passé. A la question de savoir s’il l’a fait exprès, la réponse est précise: « Oui, c’est un acte volontaire et non un acte d’absence, précise Raphaël Stokis, le fonctionnaire délégué de la Région wallonne. La Wallonie, au niveau de la gestion de ses déchets, est couverte par un plan wallon des déchets. Ce plan est en cours de révision  et nous devrions en avoir les résultats concrets avec les objectifs pour décembre 2022. »

Petit flashback 

A l’époque, Carlo Di Antonio, alors ministre wallon de l’environnement, ne voulait pas prolonger l’activité de la décharge mais le gestionnaire du CETB voulait quand même l’étendre. Entre temps, Céline Tellier, qui a succédé à Carlo Di Antonio, avait trouvé un compromis avec toutes les parties pour une durée de maximum trois ans. 

« On nous propose des solutions du siècle passé et il faut réellement arrêter avec ces solutions d’il y a 30 ans, pointe Christophe Clersy, le député wallon écologiste. On est aujourd’hui tourné vers la circularité, vers le recyclage, vers la prévention. Je crois vraiment que ce sont ces trois lignes de force qui doivent servir de cap pour la Wallonie à l’avenir. » 

Mais ce même gestionnaire de la décharge en veut toujours plus avec le maintien de son activité ainsi qu’un agrandissement de sa surface, passant de 3,9 millions de mètres cubes à 5,5. 

Le voisinage de cette décharge se félicite de cette décision mais le gestionnaire est toujours libre d’introduire un recours auprès de la ministre compétente Céline Téllier, et c’est elle seule qui aura le fin mot de cette histoire. D'après nos informations, le gestionnaire est en réflexion pour introduire un recours étant donné que cela coûte énormément d'argent. 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept