Aller au contenu principal

Pas de différence dans ce stage pour enfants !

Aujourd'hui se clôture les vacances de carnaval et donc les stages pour enfants. A Marcinelle, on a opté pour l'inclusion de la diversité en mélangeant des enfants valides et les enfants porteurs d'un handicap. Une expérience où la différence n'avait pas sa place durant cette semaine pour laquelle les petits ont fêté le carnaval de manière costumée.

Comme tous les jours de cette semaine carnavalesque, la journée commence avec un jeu grandeur nature pour le plaisir des petits. Militaire, licorne, fée et même arlequin étaient de la partie. "On joue au jeu de l'oie, on doit arriver au but la première". "J'adore joué à ce jeu" nous confie tour à tour Giulia et Sofia, des enfants présents au stage.

Situation exceptionnelle oblige, l'équipe éducative a dû s'adapter face aux restrictions qu'impose la crise sanitaire. " Avec les mesures de précaution que l'on doit prendre contre la propagation de la COVID, nous avons dû créer trois bulles avec quatre enfants maximum. Il faut savoir qu'on a adapté les locaux. Nous avons trois classes pour faire les bricolages et nous avons ce grand hall sportif qui a été scindé en trois surfaces différentes" nous explique Sylvie Vanderstraeten, la coordinatrice du SAPASH.

Un monde imaginaire 

Changement de bulle, changement d'ambiance et donc changement de décor où l'on plonge dans le monde imaginaire des marionnettes de Puppetland. "On a commencé la semaine de stage avec un jeu. Le plus petit géant du monde avait un problème car tous ses châteaux étaient écrasés par des gribouilles. Donc on a besoin d'une formule magique pour les rendre visibles et les enfants doivent participer à une série d'épreuve pour retrouver les mots de cette formule magique", nous détaille Corrada Colantonio, éducatrice du SAPASH.

Petite particularité du stage puisqu'il mélange six enfants en situation de handicap et six enfants valide. Tout cela dans une ambiance harmonieuse et surtout solidaire. "Cela se passe très bien. ça veut dire qu'on ne fait pas de différence. Il faut savoir que c'est une population mixte. Des enfants porteurs de handicap et d'autres enfants qui n'ont pas du tout de handicap mais à ce niveau là, ça ne se marque pas parce que les enfants jouent ensemble. Ils n'ont aucun souci avec cela", précise la coordinatrice de l'organisation

Cinq jours de stage qui ont permis de retrouver une bonne dose d'amusement durant ces vacances de carnaval si spéciale.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept