Aller au contenu principal

Sambreville: Boris Cyrulnick a inauguré l'Observatoire de la Résilience

Direction Sambreville avec l’inauguration du premier observatoire de la résilience. Nous vous en parlions hier. Pour l’occasion, le neuropsychiatre Boris Cyrulnick a fait le déplacement. Un événement exceptionnel pour la cité de la Basse-Sambre, qui a accueilli ce médecin mondialement connu.

Boris Cyrulnick, un personnage connu dans le monde entier

Le neuropsychiatre Boris Cyrulnick, une sommité mondiale de la médecine française, était de passage hier à Sambreville pour inaugurer le premier Observatoire de la Résilience portant son nom.  Un moment historique, pour la cité de la Basse Sambre.

« La résilience, c’est la capacité d’un individu à supporter psychiquement les épreuves de la vie. Cela lui permet de rebondir, de prendre un nouveau départ après un traumatisme et de nos jours, les phénomènes de ce genre sont très nombreux », nous dit le neuropsychiatre Boris Cyrulnick.

L'IDEF va contribuer à enrichir les données scientifiques

Pour l’ancrage de terrain, Sambreville pourra compter sur l’IDEF, l’Institut pour le développement de l’Enfant et de la Famille, qui accompagne les personnes de son territoire, tout au long de leur parcours de résilience.

« L’objectif principal de l’Observatoire Boris Cyrulnik est d’apporter une contribution humaniste, scientifique, transversale, internationale et ancrée dans le vécu à l’analyse scientifique, pratique et active de la résilience. Celle-ci désigne la capacité d’un individu à se (re)construire en dépit des circonstances traumatiques vécues. L’Observatoire se base notamment sur la philosophie des Cités de l’Éducation selon laquelle l’instauration d’un cadre de référence et l’attention portée à un attachement de qualité sont des facteurs facilitant la résilience. Il travaille avant tout sur le vécu des personnes, en utilisant les ressources offertes par l’éducation familiale, la pédagogie des expériences positives telle que proposée par Jean-Pierre Pourtois et Huguette Desmet, la théorie de l’attachement, la neuro-éducation ou l’art- thérapie. L’Observatoire s’adresse à un public très large. Il comprend les professionnels de l’accompagnement et de l’aide à la reconstruction identitaire mais aussi et surtout toute personne qui souhaite témoigner anonymement de son parcours ou disposer de pistes d’informations relatives à la résilience. Il comprend également les enseignants, les étudiants et les chercheurs. Il entend mettre le fruit de ses enquêtes participantes et analyses scientifiques au bénéfice de la collectivité, notamment par le biais de conférences et de publications », affirme Déborah Dewulf, présidente de l’IDEF.

Une place pour l'espoir...

Bref une belle perspective d’avenir, dans ce monde en perpétuelle reconstruction.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept