Aller au contenu principal

Charles Beugnies: l'Olympic perd une légende

Le fidèle serviteur du club Charles Beugnies, ne sera plus le secrétaire de l'Olympic de Charleroi la saison prochaine. Après 14 années passées à la Neuville, dont les premières en 1979, Charles Beugnies range donc son brassard de correspondant qualifié, à l'âge de 77 ans. Rencontre avec l'homme qui sera remplacé dans les semaines à venir par Jean-Pol Bastin.

Tout a débuté en 1979

C’est une figure symbolique qui quitte l’Olympic, 4 décennies après y avoir fait ses premiers pas en tant que secrétaire du club. En effet à 77 ans , Charles Beugnies arrête sa fonction de C.Q à la Neuville, après un total de 14 années de bons et loyaux services.

« J’étais ami avec l’ancien président de l’époque et il cherchait un secrétaire pour le club. Il m’a demandé si je voulais accepter le défi, ce que j’ai fais sans hésiter. Mais jamais je n’aurai pensé rester aussi longtemps », nous dit Charles Beugnies.

40 ans d'anectodes

Supporter des Dogues depuis son plus jeune âge, Charles Beugnies se souviendra toujours d’un match qui restera à jamais gravé dans sa mémoire, c’était en 1964 contre le Standard, bien avant ses premières missions pour le matricule 246.

« Il y avait 33 000 personnes à la Neuville. Les supporters étaient même perchés sur les pylônes d’éclairage », poursuit le désormais ancien C.Q des dogues.

Autre anecdote plus récente, même si elle s’est déroulée il y a déjà 27 ans, Charles Beugnies aurait pu passer du côté du Mambourg, mais c’est un certain Pierre-Yves Hendrickx qui avait alors endosser le rôle de secrétaire des zèbres.

« Jean-Pol Spaute me voulait. Mais je pense que j’étais trop étiqueté Dogue », affirme en souriant Charles Beugnies.

Il continuera à suivre les Dogues

Egalement passé par Jambes, Namur, Couillet et La Louvière, Charles Beugnies retiendra surtout ses années à l’Olympic, un club qu’il n’abondera jamais.

« Il y a eu de nombreux problèmes financiers, mais je ne retiendrai que des bons souvenirs de mes années passées à la Neuville et je continuerai de venir voir les Dogues dans les années à venir », conclut l’home originaire de Châtelet.

Charles Beugnies quitte donc la Neuville par la grande porte avec le sentiment du devoir accompli.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept