Aller au contenu principal

Cyrano séduit à Villers-la-Ville

Ce 16 juillet, à  l’Abbaye de Villers-la-Ville c’est la première représentation de Cyrano de Bergerac, avec Bernard Yerlès dans le rôle titre. Un retour dans les ruines pour cette pièce d’Edmond Rostand qui avait été jouée  en 1990. 19 ans après (et dans une nouvelle version), son succès ne se dément puisqu’on a d’ores et déjà rajouté une semaine supplémentaire. C’est jusqu’au 17 aout que les spectateurs vont pouvoir retrouver tous les protagonistes de cette pièce à la fois épique et romantique.

Bernard Yerles a du flair! Rien d’étonnant avec le nez dont il se pare chaque soir! Ce rôle de Cyrano de Bergerac le hante depuis des années et après en avoir discuté avec le metteur en scène Thierry Debroux, le voilà donc Mousquetaire chez les cadets de Gascogne. Pour le comédien Belge " tous les acteurs voudraient se mesurer à ce personnage, riche, complexe, à la fois plein de panache mais de fragilités aussi. C'est un rêve mais une fois que ce rêve se réalise, on se rend compte du travail énorme que cela représente pour porter ces magnifiques vers d'Edmond Rostand". 

Cyrano en flash-back 

En parlant de l'ouvrage d'Edmond Rostand, le texte original a quelque peu été élagué mais ce sont les lieux, Villers et son église qui ont finalement généré une légère entorse à la chronologie du récit initial. Comme l'explique Thierry Debroux " vu que l'équipe avait décidé de se concentrer sur l'Abbatiale et que dans le 5ème acte de la pièce, Cyrano va retrouver Roxane dans le couvent où elle a décidé de se retirer, nous avons choisi de démarrer le spectacle par un bref extrait de ce 5ème acte. Toute la pièce ensuite se déroule comme si l'on empruntait la voie des souvenirs de Roxane, dans une sorte de flash -back" Cette année Il n’y a donc de déambulation qui soit prévue dans les ruines pour le spectateur mais Patrick de Longrée rassure " à la manière d'un livre d'images, c'est le décor qui va bouger devant le spectateur. Des éléments mobiles vont faire que l'on passe d'un lieu à l'autre, du couvent à la rôtisserie Ragueneau, au balcon de Roxane jusqu'au champs de bataille d'Arras 

Fresque épique et romantique  

Cette unité au niveau scénique  permet de se concentrer sur le propos de Rostand qui mêle amours contrariées et épisodes plus épiques! . Elle permet aussi à Bernard Yerles  d’explorer la complexité  de son personnage. Cyrano, un bretteur, libre penseur qui manie avec dextérité aussi bien le verbe que l’épée. "Mais il y aussi tout le coté romantique, déchiré de ce héros qui se pense laid depuis qu'il est enfant. Et c'est une blessure profonde.  Pourtant il aime, il aime Roxane qui elle ne pense qu'au séduisant et jeune Christian. Entre lui et le jeune homme il y aura une sorte d'alliance qui lui permettra indirectement de déclarer sa flamme "

On tombe sous le charme de Cyrano, de l’écriture fluide et poétique de Rostand… De la justesse de l’interprétation de Bernard Yerlès..bien entouré par le reste de la troupe. Et pour ne rien vous cacher, on se plairait un instant à être comme Roxane, destinataire de ces vers enflammés


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept