Aller au contenu principal

Charleroi : grogne du personnel du CPAS ce matin

Les travailleurs du CPAS de Charleroi ont montré leur mécontentement ce matin, devant l'administration du service public. En cause, l’annonce le mois passé dans la presse, que le CPAS avait réaliser l'an dernier un bénéfice de 2 millions d'euros, alors que leurs différentes demandes ne sont toujours pas entendues.

Le ras-le-bol est général

La coupe est pleine pour les travailleurs des différents services du CPAS de Charleroi et ils se sont fait entendre ce matin devant le siège du service public carolo. Une grogne, qui fait suite à une annonce dans la presse et qui a mis le feu au poudre.

« Suite à l’annonce dans la presse que le CPAS de Charleroi était en boni de 2 millions d’euros et que nos demandes ne sont pas entendues, nous avons décidé d’organiser ce mouvement, afin de nous faire entendre. Parmi nos revendications, il y a notamment l’octroi d’une prime Covid, pour les travailleurs en attente de reconnaissance », affirme Florence Trifaux, la présidente de la délégation CGSP au CPAS de Charleroi.

"Nous sommes pressés comme des citrons"

Des membres du personnel, qui se sentent également pressés comme des citrons. D’ailleurs, ils l’ont prouvé symboliquement.

« Effectivement, nous avons installé un presse-citrons devant le siège, afin de montrer d'une manière originale, que les travailleurs en ont ras-le-bol », indique Annick Delforge, la déléguée principale CSC-Service Publics au CPAS de Charleroi.

"Je comprends les revendications du personnel et je suis très reconnaissant envers les travailleurs"

Du côté de la présidence du CPAS de Charleroi, Philippe Van Cauwenberghe se montre quant à lui très reconnaissant envers tout ces travailleurs et entend bien trouver des solutions pour l’ensemble des revendications. Mais pour la prime Covid, tout n'est pas si simple que ça.

« Je ne peux pas d'un coup de baguette magique, débloquer des primes Covid pour le personnel qui n'a pas pu en bénéficier du fédéral. Ces deux millions d'euros ont été mis en réserve et ce n'est pas seulement le CPAS ou la Ville de Charleroi, qui ont les cartes en main. Nous comprenons tout à fait les revendications des travailleurs et nous allons tout faire pour trouver des solutions", affirme Philippe Van Cauwenberghe, le président du CPAS de Charleroi;


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept