Aller au contenu principal

Couillet: de maison communale à habitat solidaire!

Depuis 2016, l’ ancienne maison communale annexe a été rénovée en profondeur. Cédé par la ville de Charleroi au CPAS, le bâtiment a fait l’objet de travaux pour un montant de 3,5 millions d’euros financé par la Politique des grandes villes. Mais au delà de la forme, c’est le fond aussi qui compte puisqu’on en a fait un habitat groupé solidaire de 13 appartements. Une véritable aventure humaine et sociale qui accueille des locataires depuis 6 mois. Comme le souligne Christof Carlier, chargé de projet au CPAS de Charleroi et porteur du projet, celui-ci se veut tout public et vise une réelle mixité en ce qui concerne les locataires " que ce soit au niveau des revenus, de l'origine sociale, culturelle ou même générationnelle: le plus jeune a 2 ans et le plus âgé 64ans"  

Un projet de 3,5 millions d'euros

Parmi ces locataires, nous avons rencontré Ludivine Deguitte. Elle a 34 ans et 4 enfants et a aménagé ici  en avril dernier, elle est l'une des . Elle nous fait visiter son appartement qui est le plus grand de l'immeuble. Il dispose de 4 chambres, d'un grand living et de tout le confort. Cela la change de la maison qu'elle occupait à Dampremy et qui comptait une seule pièce en bas et 3 chambres à l'étage: là, ils vivaient un peu l'un sur l'autre. Philippe Van Cauwenberghe, le  Président PS du CPAS de Charleroi apporte des précisions par rapport à la démarche mise en place par son institution: " Il y a une trentaine de personnes qui vivent ici. L'originalité c'est l'aspect collectif du projet avec une cuisine commune ( à côté des individuelles que compte chaque appartement) , un jardin partagé et l'ancienne bibliothèque qui sert de salle de réunion et où ils décident de ce qu'ils vont faire ensemble

  Vivre ensemble différemment 

Et c’est cela sans doute le plus important, un vivre ensemble différent de ce qui se fait dans un habitat classique…Pour Ludivine " c'est quelque chose de vraiment bien, notamment pour les enfants. Il y a des ateliers communs où ils se retrouvent avec d'autres c'est vraiment un plus pour apprendre à vivre en société."Et qui dit habitat solidaire, dit aussi logement financièrement abordable. " Les loyers,  comme le précise Christof Carlier, sont un peu en dessous du prix du marché. Cela dépend aussi de la grandeur de l'appartement, des revenus et de situation familiale. Et puis il y a également la possibilité de colocation, ce qui permet à des allocataires sociaux d'y avoir accès. Le projet en est à ses débuts mais plein de promesses avec la volonté aussi de créer des liens avec le quartier… Un appartement est toujours vacant ainsi que des chambres en collocation. Avis aux amateurs.. c’est collectivement que les décisions sont prises là aussi 

 

Texte sur le site web

 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept