Aller au contenu principal

Edito : Fédéral: L'untermensch N-VA compatible

Edito : Fédéral: L'untermensch N-VA compatible

A quoi joue donc le MR dans toute la tragicomédie de la formation du gouvernement fédéral qui tourne au ridicule ?

Durant le week-end le libéral David Clarinval, fraîchement promu ministre dans le gouvernement en affaires courantes de Sophie Wilmès, était on ne peut plus clair : ce sera un gouvernement Arc-en-ciel augmenté du CD&V ou bien le retour aux urnes. Exclusion de facto de la N-VA donc.

Quelques heures après la parution de son interview dans "La Libre",  rétropédalage du ministre (qui visiblement s'est fait taper sur les doigts) et qui revient sur ses propos en précisant que "le PS et la N-VA restent la première priorité de travail". Double langage.

Et puis ce lundi rebelote. Jean-Luc Crucke, ministre wallon MR et cador libéral parvient, dans un exercice d'équilibriste rhétorique et quasi-jésuitique digne d'un CVP de la grande époque, à flinguer la N-VA tout en justifiant la nécessité de la ramener à la table des négociations ! Double langage.

"J'en ai assez qu'on nous traite d'untermensch parce que nous sommes wallons" estime Crucke. Le mot n'est pas anodin "untermensch" signifie en Allemand "sous-homme" et était utilisé par les Nazis pour qualifier les Juifs.

Mais dans le même temps, il estime, comme Clarinval, que la N-VA, en tant que parti le plus important (même s'il a perdu les élections) doit être intégré à la réflexion dans le cadre de l'information fédérale aux côtés du PS.

En clair, au MR, on fait visiblement une séparation très nette entre l'éthique et les valeurs fondamentales, et la politique socio-économique. Un antagonisme, une dichotomie difficilement explicable. Comment, en effet, justifier que certains en Flandre qui franchissent la ligne rouge doivent être malgré tout associés aux discussions ?

A moins que le but soit effectivement de mouiller la N-VA pour, in fine, prouver que c'est elle qui bloque définitivement le pays et que la seule solution est de revoter. Un pari hautement risqué comme le prouve le dernier sondage qui donne une majorité flamande au fédéral à la N-VA...et au Vlaams Belang adepte du concept d' "untermensch"...


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept