Aller au contenu principal

Faire soigner ses animaux de compagnie quand on n’a pas les moyens, c’est désormais possible à Charleroi grâce à la SPA et au CPAS

C'est le retour de la médecine sociale vétérinaire à Charleroi. La SPA carolo et le CPAS de notre métropole ont signé ce matin une convention permettant aux personnes précarisées qui s'adressent au CPAS de faire soigner leurs animaux à moindre frais par le vétérinaire de la SPA. Il faut dire que le nombre de personnes qui, dans notre région, n'ont plus les moyens de faire soigner leurs animaux de compagnie, est en permanente augmentation. Entre la SPA et le CPAS de Charleroi, les collaborations existent depuis des années. Des chiens de la SPA viennent deux fois par mois rendre visite aux résidents de la maison de repos de Couillet. Avec un effet apaisant. Et trois chats ont élu domicile dans celles de Montignies-sur-Sambre pour réconforter et apaiser les pensionnaires de la maison de repos.

Dur dur de soigner son animal quand on a peu de moyens.

Et aujourd’hui, une nouvelle convention a été signée entre les deux partenaires. Sur base d’un triste constat. De plus en plus de personnes n’ont plus les moyens de faire soigner leur animal de compagnie.

« On s’est posé la question de savoir ce qu’on pouvait faire pour aider ces personnes, explique Franck Goffaux le directeur de la SPA de Charleroi. Et on a décidé de recréer la fameuse médecine vétérinaire sociale qu’on avait du, malheureusement, mettre de côté, Il y a quelques années pour diverses raisons. »

« Les gens qui sont au CPAS ont vraiment du mal à joindre les deux bouts, embraie le président du CPAS de Charleroi, Philippe Van Cauwenberghe. Ils doivent faire des choix entre s’acheter à manger, recharger leur téléphone, payer leur chauffage ou se soigneur eux-mêmes, entre autres. Mais soigner son animal de compagnie est aussi important pour eux et certains n’arrivent pas à le faire. On aimeront donc aider toutes ces personnes à soigner leurs animaux. »

Des soins de vétérinaires à moindre prix

Les bénéficiaires du CPAS et les personnes précarisées pourront donc venir faire soigner leur animal à un prix adapté. Après être passées par le service social du CPAS. Non seulement ceux qui émargent au CPAS, mais aussi ceux qui sont en médiation de dettes ou en précarité. Muni d’un papier du CPAS, ils pourront faire soigner leurs animaux par le vétérinaire du CPAS à moindre prix.

« On divisera quasiment par deux les prix qu’on vétérinaire indépendant est obligé d’appliquer à cause de toutes les charges qui lui incombent, continue le directeur de la SPA carolo. Mais avec des prix qui ne nous mettent pas non plus, nous, dans le rouge, en termes de budget. »

Une médecine vétérinaire sociale

Pas question donc de concurrence avec les vétérinaires privés. Puisque les personnes qui bénéficieront de ce service ne seraient certainement pas venue consulter un vétérinaire. Et ce, pour un puçage, une stérilisation, des vaccins ou des pathologies plus lourdes. Et pour la SPA, le but est bien sût que les animaux ne souffrent pas. Mais aussi que ces animaux sans soins par manque de moyens n’engendrent pas de retours à la SPA. Si, par exemple, une personne n’a pas les moyens de faire stériliser et castrer ses chats, le risque est grand que de nombreux petits se retrouvent à la SPA. Pour toutes les personnes concernées, il ne fait pas hésiter à prendre contact avec le service social du CPAS de Charleroi. Simplement pour la santé de votre compagnon à quatre pattes.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept