Aller au contenu principal

L'UCM réagit au comité de concertation de ce vendredi

L'UCM réagit au comité de concertation de ce vendredi

Après le comité de concertation de ce vendredi 18 juin, l'Union des Classes Moyennes se dit satisfaite, même s'il faudra encore des mois avant que les commerçants sortent réellement de cette crise.  Pour l'UCM, l'activité économique entre en convalescence.

Les décisions du Comité de concertation ont un parfum de fin de crise, mais ne marquent pas la fin de la crise. Plusieurs secteurs restent soumis à des restrictions.

Beaucoup d'autres ont tellement souffert et le marché du travail est si bouleversé qu'il faudra encore des mois avant un « retour à la normale ». Il faut prolonger les mesures de soutien et espérer une forte relance de la consommation.

Le Comité de concertation a tenu compte de l'évolution très positive des chiffres de l'épidémie pour accélérer le processus de déconfinement. Il a en particulier mis fin au télétravail obligatoire, ce qui est un soulagement pour beaucoup d'employeurs.

Les commerçants vont pouvoir à nouveau travailler normalement. Les règles imposées à l'horeca et au secteur événementiel s'allègent.

Les voyages, en tout cas en Europe, vont devenir de plus en plus simples.

Même le monde de la nuit peut espérer, après le 16 juillet, reprendre son activité avec la levée possible des dernières restrictions.

UCM appelle les autorités à ne pas relâcher l'effort de vaccination. La protection de la population et en particulier des personnes à risque reste le seul moyen de pouvoir enfin tourner la page de la pandémie.

L'été ne marquera pas la fin des problèmes pour les indépendants et PME.

Beaucoup sont à court de trésorerie et ne savent pas s'ils pourront retrouver un seuil de rentabilité. UCM appelle donc les autorités à poursuivre les aides : droit passerelle de reprise au moins jusqu'à la fin de l'année, étalement du remboursement des dettes accumulées par les reports de paiement, poursuite du gel des procédures de recouvrement pour les administrations fiscales.

Le succès de la relance dépend aussi des consommateurs. Salariés et fonctionnaires ont épargné, malgré eux, plus de 25 milliards d'euros depuis mars 2020. Si une partie substantielle de ce montant est consacrée à l'achat de biens et de services de proximité, la reprise économique sera évidemment plus rapide et plus solide.

A Charleroi, les commerçants de l’Horeca du centre-ville ont créé l'asbl « Ma Ville, mes commerces ». Cette association, a été créée sous l’impulsion de la Ville, pour faire face à la crise sanitaire.

Revoir l'interview de Babette Jandrain, échevine en charge du commerce :

 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept