Aller au contenu principal

Sivry-Rance : Test des élèves et enseignants de l'école communale de Rance, juste avant les nouvelles mesures de la ministre Caroline Désir. (vidéo)

Tous les élèves et enseignants de l'école communale de Rance ont été testés vendredi dernier. Les résultats des tests sont tombés en même temps que l'annonce de la ministre de l'Enseignement en Fédération Wallonie Bruxelles Caroline Désir de renforcer les mesures dans les écoles. A Rance, à l'école communale, il ne reste que deux classes ouvertes. Le bourgmestre Jean-François Gatelier prédit à terme une fermeture totale de l'établissement avant les vacances de Pâques. 

Si en terme de décisions ministérielles et fédérales, la Belgique n'est pas en train de perdre du temps et du terrain sur le Covid dans les écoles, c'est tout comme. Le teasting massif réalisé à la petite école communale de Rance, devrait être à ce titre très inspirant pour nos décideurs. 

« Comme nous avons eu dans d’autres écoles dans la botte, à Rance depuis une dizaine de jours nous avons eu plusieurs cas positifs. Nous avons donc contacté notre PSE (office de promotion de la santé à l'école) de Chimay et de l'Aviq pour savoir quoi faire. Ils nous ont proposé de faire un dépistage massif."

Sur 185 tests, 20 se sont révélés positifs et 4 seraient porteurs du variant britannique. Une classe de 6ème année avait déjà été fermée par mesure de précaution. Samedi à l'issue du test, L’AVIQ a demandé de :

1. Fermer les classes de P1, P4 et P5

2. Les élèves de P6 redevenus négatifs au 2ème test peuvent revenir en classe ce lundi.

3. Les élèves détectés positifs ce samedi sont en quarantaine ainsi que leurs contacts à haut risque et seront testés une 2ème fois ce jeudi à l’école (J+7).

4. Les frères et sœurs des élèves détectés positifs ce samedi doivent rester en quarantaine et reviendront à l’école APRÈS les vacances de Pâques (J+17).

5. Les élèves qui n’ont pas pu ou voulu être testés ce samedi doivent rester en quarantaine et reviendront à l’école le jeudi 1er avril.

Deux classes encore ouvertes

Suite aux résultats de ces tests, on voit plusieurs recommandations très concrètes.  Pourtant, le lendemain, dimanche soir, les règles se sont encore renforcéesUne situation ubuesque pour le bourgmestre de Sivry-Rance et qui ne fait de bien à personne. 

"Le dépistage a permis de révéler les cas d'enfants asymptomatiques et porteurs du variant britannique. L'Aviq ne nous a pas demandé de fermer l'école, mais sur les 6 classes primaires, il ne reste que deux classes. Ces décisions sont difficiles à prendre, et nous nous soumettons à l'avis de l'Aviq mais dimanche, la ministre de l'Enseignement Caroline Désir, nous annonçait des mesures plus drastiques.  Alors, oui pour veiller à la santé mentale des enfants, mais si les mesures changent tout le temps, dans un contexte de variant, plus contagieux, à l'approche des vacances de Pâques, c'est la santé mentale des enseignants et des parents qui va se trouver altérée, bien plus que celle de leurs enfants, parce qu'ils ne s'y retrouvent plus."

A deux semaines des vacances de Pâques, les acteurs du terrain ne comprennent pas pourquoi les écoles ne sont pas tout bonnement fermées.  Ils ont l'impression de dépenser beaucoup d'énergie pour rien et peut-être pour en revenir à la même situation qu'il y a quelques mois d'ici. 

La ministre de l'Enseignement Caroline Désir, a-t-elle voulu se déculpabiliser d'une certaine manière ? Peut-être nous dit Jean-François Gatelier parce qu'il faut faire, aussi, avec la réalité économique du pays. 

"Et puis il faut veiller effectivement à la santé mentale de nos enfants, on a vu ce que cela a donné en Italie où les écoles sont restées fermées trop longtemps.  Pourquoi ne pas penser aux cours à distance, même dans le primaire, je sais que certains de nos enseignants le font avec succès, dans nos communes, alors pourquoi pas ?"

La direction et le collège communal auraient en tout cas préféré fermer l’école pour maîtriser mieux cette épidémie et par soucis d’équité. Néanmoins, les directives de samedi, ne sont pas celles de dimanche et peut-être pas celles de la semaine prochaine. Une seule chose est invariable, toutes ces mesures s'obstinent à prôner la présence des enfants à l’école à 15 jours à peine des vacances de Pâques

 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept