Aller au contenu principal

Tests massifs dans les maisons de repos

A ce jour, plus de 80 500 tests de dépistage ont été effectués en Belgique dont 25% se sont montrés positifs.  Et si certains doutent encore de l’efficacité de tester de manière précoce, du côté du gouvernement et de son équipe d’experts c’est fini.  Ils ont même décidé de s’occuper désormais en priorité des maisons de repos, des lieux hautement sensibles à la propagation du virus.

En Wallonie , 6.000 kits de dépistage auraient déjà été distribués dans les maisons de repos.  Le gouvernement fédéral en a promis 20.000, mais selon la députée fédérale PTB, Sofie Merckx, en lutte depuis plusieurs semaines avec ce dossier, il en faudrait 10 fois plus

18 000 travailleurs pour 1500 maisons de repos

Il y a 18 000 travailleurs dans les 1500 maison de repos du pays.  Et si les 8 ministres de la santé publique ont eu bien du mal à se mettre d’accord, ils y sont finalement arrivés puisque les tests initialement prévus pour les seuls clusters, c’est-à-dire les maisons de repos où il y a une concentration de minimum 10 cas suspects, seront désormais disponibles partout. Quand ? personne visiblement ne le sait

« Nous avons en effet reçu les kits de dépistage, c’est une première démarche qui était attendue par le secteur, mais il est clair que ces 6000 tests, c’est un tiers de ce qui est nécessaire pour l'ensemble du personnel des maisons de repos en Wallonie. » Anita Gancwajch, Directrice des maisons de repos du cpas de Charleroi.

Dans les 9 maisons de repos du CPAS de Charleroi, deux ont reçu ces tests, dont No p’tit Nid à Gilly. Deux équipes se relaient désormais auprès du personnel pour gérer les 74 résidents. Reçus hier soir, les tests ont commencé ce mercredi matin. 

« On a une excellente collaboration avec l’Aviq,  et on a reçu des instructions très précises. Le médecin coordinateur est en route depuis 8h30 pour tester l’ensemble du personnel »

Le personnel écarté mais sans symptôme a également pu participer au dépistage. 

« Au niveau du personnel écarté, il y a deux cas de figure.  Ou la personne a déjà été testée positive, elle est écartée et donc priée de rester chez elle pendant 21 jours, puisqu’on est passé de deux à trois semaines de confinement.  Ou alors la personne a été écartée parce que suspecte mais sans plus, dans ce cas, elle pouvait venir ici ou aller dans un hôpital de son choix »

On saura dans 24 à 48h qui est porteur ou pas. Ce test qui n’est pas très agréable, est vital dans ce contexte de crise sanitaire, c’est en tout cas un pas importante puisque depuis le début de l’épidémie certains professionnels les réclament à corps et à cris.

Les Maisons de repos privées

Du côté des maisons de repos privées, les directions sont plutôt comme soeur Anne et attendent de voir venir.  A l’Aurore à Gilly, où deux résidents sont malheureusement décédés suite au coronavirus, la directrice nous dit disposer de masques en suffisance, mais encore rien du côté des tests.  

« Les kits ont été annoncés pour aujourd’hui, mais jusque là, nous n'avons rien reçu. Nous commandons des masques régulièrement, on agit de façon professionnelle en isolant au maximum les personnes malades.  Ensuite, si les résidents doivent être hospitalisés, ce sont les médecins qui font une évaluation déontologique et éthique au cas par cas. »

A Gerpinnes, à la résidence Héliades, du côté de la direction Florine Lenoir, ne dévoilera aucun décès, mais elle rassure, la situation est sous contrôle.

"Du côté des masques, nous avons largement ce qu’il nous faut, nous en avons reçus suffisamment, mais pas de kits de dépistage, on ne nous a rien promis et on n’a rien reçu. La situation reste néanmoins sous contrôle, le plus compliqué c’est pour les résidents.  Ils ont mis un peu de temps à comprendre et accepter le confinement.  Vous savez à 90-95 ans, la seule raison de vivre c’est la famille, les enfants, les petits enfants, alors ne plus les voir moralement c’est parfois difficile à gérer. »

Les promesses du gouvernement fédéral

La députée fédérale PTB Sofie Merckx, n’obtient pas plus d’informations sur la situation des maisons de repos au gouvernement fédéral que le commun des mortels. Pour elle et son mouvement, la situation devient pourtant intenable dans certains établissements.  Au point, que la députée qui est aussi médecin et allée en personne avec le groupement Maison pour le Peuple, effectuer des tests dans une maison de repos de Zelzate.  

« Nous sommes allés à Zelzate tester plus de 220 personnes avec Médecine pour le Peuple.  Nous voyons que les maisons de repos sont de véritables foyers de propagation du virus et le combatte dans les maisons de repos doit être une priorité absolue.  En Belgique, nous testons moins de 5000 personnes par jour, le gouvernement a promis 20 000 tests dans les maisons de repos en Belgique, mais il en faut 10 fois plus.  Nous l’avons dit au parlement, il faut agir, nous avons les universités et les entreprises qui savent produire les tests. Nous avons le personnel et les laboratoires pour effectuer les tests. Le gouvernement perd du temps. » 

Les maisons de repos ont dû interrompre les visites des familles depuis le 13 mars, aujourd’hui si des cas se déclarent, c’est que le personnel est contaminé et non écarté, on a même conseillé à certains soignants de travailler avec un masque. C'est une véritable poudrière qui pourrait bien exploser à la figure de nos gouvernants.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept