Aller au contenu principal

La commune de Courcelles réagit au rapport de la ministre de l'Environnement

Lundi dans notre édition, nous évoquions le rapport émanant du cabinet de la ministre wallonne de l'environnement, Céline Tellier, concernant les six entreprises de broyage situées en Wallonie. Parmi les entreprises pointées du doigt : Keyser situé à Courcelles. Le rapport indiquerait que des substances toxiques de type dioxines (PCB) soient présentes dans les sols de cette entreprise de broyage courcelloise. 

La commune de Courcelles vient de réagit via un communiqué de presse. "Installée depuis près de 40 ans sur l’entité courcelloise, la société Keyser n’engendre que nuisances et pollution, un site totalement hors du temps situé au bord du canal Bruxelles-Charleroi, près d’une école, près d’un quartier, une ‘belle’ image à l’entrée de notre commune. Des fumées toxiques qui entrainent une suffocation de l’air, des bruits incessants d’explosion qui rythment le quotidien des citoyens demeurant aux abords de cette usine, une pollution qui mine petit-à-petit la santé des riverains à bout de nerfs" indique-t-on dans le communiqué.

Avant d'ajouter : "En 2016, l’administration communale a demandé une étude sur les impacts des rejets atmosphériques de l’entreprise de traitement de ferrailles sur la santé des riverains suite aux questionnements sur les bruits et les odeurs. En janvier 2018 et en mars 2019, des résultats ont été présentés à la commune. Le 20 novembre 2019, une présentation de la situation, du plan d’actions et des recommandations a été organisée lors d’une rencontre citoyenne à Courcelles. En parallèle à cela, des mesures techniques et juridiques ont été mises en place pour limiter la contamination des différents compartiments de l’environnement. Durant la seconde quinzaine de décembre, une réunion d’urgence était sollicitée par la Région, les premières analyses démontraient la présence de PCB en quantité importante dans les œufs, pris chez un riverain proche de Keyser. Le 15 février 2020, lors de la réunion citoyenne, les résultats de l’analyse de la qualité de l’air du Quartier de la Motte ont été expliqués aux riverains (...) De plus, un suivi et un contrôle de l’entreprise, notamment au niveau des cheminées et broyeurs, sont prévus. L’entreprise installée sur Courcelles, en recours contre ces normes, a jusqu’au 22 juin 2020 pour respecter ces nouvelles normes, sans quoi elle s’expose à une fermeture."

La commune dénonce une rétention d'informations et demande une transparence totale. "Nous réclamons le rapport complet pas une analyse des éléments que la Ministre estime pouvoir diffuser ceci afin de pouvoir prendre les mesures justes pour les citoyens !" déclare la bourgmestre Caroline Taquin dans le communiqué. 

L'administration communale analyse les démarches juridiques possibles avec un cabinet d'avocat externe et analyse les éléments publiés publiés dans la presse. La commune prendra toutes les mesures nécessaires pour préserver la santé publique.

Revoir notre reportage du 17 février : 

 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept