Aller au contenu principal

La forêt de Chimay: une découverte européenne

Découvrir les forêts d’Europe. C’est le thème d’un projet Erasmus d’échange scolaire dont une partie se déroule toute cette semaine à Chimay. Les élèves de la section agronomie de l’Athénée Royal de Chimay accueillent leurs homologues de trois écoles du Portugal, de Lettonie et de Roumaine pour découvrir la forêt de chez nous. Une semaine d’activités qui s’arrêtait aujourd’hui à l’Aquascope de Virelles.

Un échange européen

Un peu d’écorce. Beaucoup de dextérité. C’est la recette pour tresser une corde à l’ancienne. L’une des nombreuses activités organisées cette semaine par l’Athénée de Chimay dans le cadre du programme d’échange européen Erasmus+ consacré à la forêt. Avec trois autres écoles venant du Portugal, de Lettonie et de Roumanie.

« Nous sommes allés en Roumanie en octobre où on a vu comment ce pays gère de façon durable ses forêts qui recouvrent plus d cela moitié du pays », explique Yves Cogneau, l’un des professeurs de l’Athénée de Chimay qui porte le projet. « Ici, en Belgique, on voit autres aspects. Par exemple, comment se nourrir avec ce qu’on trouve dans la forêt. Au Portugal où nous irons en automne, on va voir les légendes associées à la forêt. »

La forêt de Chimay, un milieu riche

Parce que toutes les activités de cet échange européen tournent autour de la forêt. Et à Chimay, c’est forcément l’Athénée qui s’est engagée dans le processus puisqu’elle propose une section agronomie. Et puis, la forêt de Chimay est très reconnue.

« On a la chance d’être dans une région très riche en termes de biodiversité », détaille lauré Sainthuile, l’autre professeur de l’AR de Chimay qui s’occupe du projet. « On a pas mal de chênes, mais aussi du charme, des noisetiers, de l’érable. C’est très très riche. On ne peut pas s’ennuyer tellement il y a de choses à faire ici. »

Une découverte au-delà des frontières

Et pour les écoles étrangères, la forêt de chez nous est une vraie découverte. C’est le cas, par exemple, pour les portugais.

Sandra Oliveira, professeur à l’Ecole Secondaire de Fafe au Portugal: « On n’a pas beaucoup de forêts au Portugal. Alors, les élèves apprennent des choses sur les plantes comestibles, leurs propriétés médicinales, et l’utilisation des bois. Mais aussi, ils sont obligés de parler en anglais et en français, et ils développent le langage. »

Et pendant une semaine, ce sont les élèves chimaciens qui servent de guides nature à leurs camarades portugais, lettons et roumains.

« On est dans la section Agronomie, témoigne Antoine, l’un des élèves chimaciens. Donc c’est notre milieu. On aime bien ça, donc on partage ça avec les autres élèves. »

Un grand voyage à travers la nature. Dans ce site naturel exceptionnel de l’Aquascope et de l'étang de Virelles. Ce programme Erasmus durera deux ans. Et permettra aux élèves de se laisser guider dans et autour de la forêt au fil de découvertes étonnantes.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept