Aller au contenu principal

Le secteur Horeca est soulagé ! Témoignages de deux patrons

Le secteur Horeca est soulagé ! Témoignages de deux patrons

Cela faisait des semaines que les restaurateurs et les cafetiers attendaient des nouvelles du Conseil national de sécurité, en ce qui concerne la réouverture des établissements Horeca, qui aura finalement lieu lundi prochain. Mais qu’en pensent les principaux concernés ?

Le secteur Horeca craignait des règles plus strictes

Dans son allocution, la Première ministre Sophie Wilmès a indiqué le protocole qui devra être respecté dans les bars, cafés et restaurants. Des règles moins strictes que ce que le secteur craignait, comme par exemple la distance d’1,5 mètres entre les tables, autour desquelles 10 personnes maximum seront autorisées à s’asseoir, le port du masque obligatoire pour les serveurs ou encore la fermeture des établissements qui a été fixée à 1h00 du matin.

« Nous sommes conscients que ces ajustements demandent beaucoup d’efforts », a indiqué Sophie Wilmès, en terminant son allocution sur les mesures à prendre part le secteur Horeca.

Les Patrons sont soulagés

Des efforts certes, mais qui soulagent un grand nombre de patrons, comme Frédérique Decoux, qui tient la « Taverne des Fiestaux » à Couillet.

« C’est un réel soulagement. Je suis vraiment heureuse de reprendre le boulot dès lundi prochain, malgré qu’en temps normal, que c’est le jour de fermeture de mon café. Mais vous pensez bien que je n’allais pas reporter ma réouverture au lendemain, tant les clients me manquent », indique Frédérique, avant d’ajouter. « Je pensais que les mesures prises par le Conseil national de sécurité allaient être plus draconiennes, comme par exemple l’enregistrement des noms des clients ou le fait que ceux-ci n’auraient pas pu sortir pour aller fumer une cigarette. Cela dit, il va falloir tout de même jouer au gendarme, en essayant de gérer la capacité des personnes autour des tables. D’habitude, je peux accueillir 50 personnes, mais dès lundi, ça sera maximum 32, pour autant que plusieurs clients se regroupent à une même table. Si 8 clients s’installent seuls sur une table, je ne pourrai plus faire rentrer d’autres personnes. D’ailleurs, je ferai le point d’ici une quinzaine de jours, afin de voir si tout cela est rentable. Dans le cas contraire, je n’hésiterai pas à fermer mon établissement jusqu’à nouvel ordre », indique Frédérique.

Du côté de Karim Fahasi, qui tient le restaurant « La Palmeraie » à Charleroi, c’est aussi avec grand plaisir qu’il accueillera très prochainement ses clients, même si ces derniers ont pu venir chercher des plats à emporter depuis le 1’ mars dernier.

« La plupart de mes clients habituels sont venus me voir pour emporter l’une de nos spécialités de couscous. Nous avons également assuré un service de livraisons, qui a d’ailleurs très bien marché. En ce qui concerne les mesures prises par le Conseil national de sécurité, je pensais honnêtement qu’elles allaient être plus sévères. Par contre, j’espère que le scénario qui s’est déroulé avec les écoles ne se reproduira pas dans le secteur Horeca. Je veux dire par là que, certes les mesures nous permettrons de travailler sans trop de contrainte, mais il ne faut pas que tout soit abandonné d’ici la fin du mois de juin, car plupart des restaurateurs ont investi dans du matériel de sécurité. Pour ma part, je pourrai accueillir une vingtaine de clients, au lieu de la quarantaine habituelle, mais je suis certain que la formule « take away » connaîtra encore un beau succès », nous dit Karim.

Bref, c’est tout un secteur qui se réjouit de recevoir à nouveau ses clients, dès lundi prochain.

 

 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept