Aller au contenu principal

Marchienne-au-Pont : Le 26ème Pardon de la Batellerie

C'est ce week-end qu'avait lieu le traditionnel Pardon Batellerie-Plaisance-Marine à Marchienne-au-Pont. Un week-end chargé en festivités qui s'est clôturé dimanche par la messe et la bénédiction des bateaux.

C’est la 26ème fois qu’a lieu le Pardon de Marchienne. Comme le veut la tradition, chaque dernier week-end de septembre, le bateau chapelle abrite une messe

« Le Pardon est un terme breton. Il est toujours utilisé en Bretagne pour désigner les cérémonies religieuses lors de pèlerinages, de processions, etc. Et les marins pêcheurs ont pris l’habitude de se rassembler lors de cérémonies du même genre et ont appelé ça le Pardon », explique Bernard Mercier, président de l’ASBL Pardon de Marchienne. « L’idée ici, à Marchienne, c’était de rassembler les bateliers et les plaisanciers pour qu’ils apprennent à se connaître puisqu’ils sont sur les mêmes voies navigables. La messe, quant à elle, est une tradition. »

Habituellement, la messe est célébrée par l’aumônier des bateliers. Cette année, c’est l’abbé Yves Mupier qui le remplace exceptionnellement. Il se confie : 

« C’est la première fois que je prends part à un tel événement. Dans d’autres circonstances, j’ai déjà célébré une messe au bord d’un cours d’eau, mais jamais sur un bateau. »

Se rencontrer et se rassembler 

Le Pardon, au-delà des traditions, c’est aussi l’occasion de se rassembler, et de faire découvrir la région. 

« Le but c’est de se réunir, que les gens apprennent à se connaître, à se fréquenter. Et surtout, on met à l’honneur la solidarité entre marins : c’est très important. Et c’est l’occasion de découvrir la région, la Sambre », indique Bernard Mercier.

La messe se clôture par une bénédiction de bateaux qui viennent des quatre coins de la Belgique, et d’ailleurs.

« On envoie la bénédiction vers les bateaux pour qu’ils puissent affronter les problèmes qu’ils rencontreront lors de leur navigation. Certains viennent de France, d’Angleterre, …  », explique le président de l’ASBL Pardon de Marchienne.

« C’est important de bénir les bateaux, car c’est un outil de travail, parfois même un lieu de vie. Pour les chrétiens, on a besoin de la présence de Dieu dans sa vie », affirme l’abbé Yves Mupie

Une fois le Pardon terminé, chacun se souhaite une année sans problème à bord de leur bateau. En espérant pouvoir se retrouver, tous ensemble l’année prochaine, pour un 27ème Pardon.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept