Aller au contenu principal

Nalinnes : Vols et dégradations dans les champs de fleurs à couper (vidéo)

Peut-être vous êtes vous déjà arrêté auprès d'un des champs de fleurs à couper de Nalinnes, de Gerpinnes, de Tarciennes ou ailleurs pour vous confectionner un petit bouquet ? Alors, si c'est le cas, vous connaissez le principe. Chacun peut couper et choisir ses fleurs et puis verser l'argent dans une tirelire ou faire un virement.  Certaines personnes distraites ou peu scrupuleuses partent pourtant sans payer ! 

Jeudi dernier, Fanny et son mari, étaient sur leur champ de fleurs et quelle ne fut pas leur surprise de constater que certaines personnes, en dépit de leur présence, sont parties sans payer

"Certaines personnes ont l'indélicatesse de ne pas payer leurs fleurs ou en tout cas de largement sous-estimer le montant de leur bouquet. Et ce, même lorsque nous sommes présents sur les champs. Quand ils sortent du magasin, est-ce que leurs poches sont remplies d'articles dérobés ?Je ne pense pas. Pourtant, dans un cas comme dans l'autre, c'est du vol."

Mais ce petit message posté sur internet n'est en fait qu'une piqûre de rappel car heureusement il y a plus de gens honnêtes que de voleurs, sans quoi cette famille d'agriculteurs ne pourrait pas continuer à faire fleurir leurs beaux champs de fleurs. 

Une histoire qui a commencé il y a 4 ans déjà

L'agriculture depuis de nombreuses années maintenant souffre et pour s'en sortir, les agriculteurs font le choix de la diversification. C'est le cas pour Fanny Conesa et son mari. 

"Nous, on est une famille d’agriculteurs entre Walcourt et Thuin. Pour diversifier la ferme, nous avons lancé il y a 4 ans, des champs de fleurs à couper. Aujourd’hui, nous en avons 10 dans la région. Le principe est basé sur la confiance. Les champs sont disponibles en auto-cueillette 24h/24 7j/7. Donc, on est sur le principe de la confiance tant pour le respect des champs que pour payer les fleurs." 

Une idée venue d'Outre-Rhin

"Ces champs de fleurs coupées existent surtout en Allemagne, mais n’existaient pas du tout dans notre région et donc nous nous sommes lancés. Travailler avec les fleurs, c’est agréable et puis on aimait cette relation que nous entretenons avec les clients." 

Un principe qui a ses avantages et ses inconvénients puisque certains n'hésitent pas à frauder, les champs n'étant pas surveillés.

"Peut-être que ce ne sont pas de gros montants, mais tous ces petits arrondis vers le bas sont très dommageables pour notre activité. Nous ne sommes pas une multinationale brassant des millions avec un siège social à l'autre bout du monde. Non, nous sommes juste une famille d'agriculteurs, passionnés par leur métier et amoureux de leur région. Les bénéfices permettent de faire vivre une famille, de continuer à proposer de belles fleurs les années à venir et qui sait de créer de nouveaux champs."

Un principe de paiement pourtant simple

Impossible de passer à côté, le panneau des tarifs et le numéro de compte de la société sont indiqués à l'entrée de chaque terrain. 

"Qui veut va sur le champ, cueille le bouquet qui lui fait plaisir et fait le compte, tous les prix sont affichés, des prix à l’unité. Et on met la monnaie dans la caisse sur le champ. Si on n’a pas de monnaie, le numéro de notre compte est affiché et donc on peut payer par virement, même une fois rentré à la maison." 

Et il n'y a pas que les personnes qui partent sans payer, il y a aussi quelques individus qui arrachent les bulbes sans doute pour les replanter dans leurs jardins. Qu'à cela ne tienne, Fanny et son mari, veulent continuer à jouer la carte de la confiance. 

"On n’a pas de contrôle et on n’a pas envie de le faire. On constate parfois des incivilités, mais c’est vraiment minime sinon on ne serait plus là, parce qu’on travaille par passion. Si on continue, c’est qu’il y a plus de gens honnêtes, mais on se permet de faire de temps en temps des piqûres de rappel." 

La saison est lancée, elle sera colorée

Les tulipes embellissent pour l'instant les champs de Barbençon, Gerpinnes, Leers-et-Fosteau, Lobbes, Mont-Sainte-Geneviève, Nalinnes, Tarcienne et Thuillies, mais le printemps ne fait que commencer et jusqu'en octobre, ce sera une explosion de couleurs et de senteurs. 

"Au printemps, ce sont les narcisses, maintenant, il y a les tulipes et ensuite, on aura des iris, des lys, de l’ail décoratif, et puis des glaïeuls, des dahlias et puis les tournesols jusqu’en octobre." 

Fanny rayonnante nous dit encore que l'aventure n'est pas prête de s'achever de si tôt, car les encouragements sont plus nombreux et gratifiants que la moindre des dégradations, à laquelle répond d'ailleurs avec humour et poésie. 

rep

"Nous recevons des photos des bouquets, des petits mots d’encouragement, c’est très gratifiant et puis ça touche vraiment toutes les générations." 

Deux nouveaux champs de fleurs viennent désormais compléter l'offre dans la région : 

- Thuin: Au croisement entre la rue de Thuin et le rue du Chêne. En face de la pompe Dats
- Hantes-Wihéries: Au croisement de la Route de Mons et de la rue de Wihéries

Avec leurs activités agricoles et plusieurs autres diversifications, Fanny et son mari peuvent faire tourner la boutique afin d’en vivre au quotidien avec visiblement beaucoup de bonheur. Et heureusement pour tous les amoureux des fleurs, ils ne se laisseront pas décourager par une poignée de gens peu scrupuleux. 

fanny


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept