Aller au contenu principal

Confinement : Les relations parents-enfants ont changé... ou pas.

Parents - enfants : la relation a changé en confinement… ou pas.

Durant le confinement, les parents se sont parfois exprimés sur les réseaux sociaux et ailleurs, sur leurs difficultés à gérer télétravail et enfants, sur les difficultés à les occuper et  pour un retour des enfants à l’école.  De là à se demander si les relations familiales avaient changé depuis deux mois, il n’y avait qu’un pas que nous avons allègrement franchi dans « Une éducation presque parfaite », le magazine de l’éducation de Télésambre .  Nous avons posé directement la question aux parents sur sa page Facebook voici le résultat. 

Vous les avez surement entendus, comme nous, ces parents au bord de la crise de nerfs, débordés et perdus dans ce nouveau noyau familial en devenir qui change tout et leurs antithèses la zénitude incarnée gérant comme des pros éducation et vie de famille, allant même jusqu'à réinventer le quotidien. Pour départager les deux clans, nous avons fait un petit sondage. Résultat : 

53% des parents affirment ne pas avoir changé de comportement avec leurs enfants pendant le confinement, tandis que 47% avoue que la cellule familiale a dû ou a pû se réinventer grâce à l’isolement provoqué par la pandémie. 

Plus de temps et moins de stress

Pour ceux qui ont vu leur vie familiale changer durant les deux mois qui viennent de s’écouler, c’est souvent pour un mieux.  Pour Marie par exemple, le confinement a permis à la famille de se retrouver. 

 « De prendre plus de temps ensemble, de jouer ensemble… avec le boulot et le train train quotidien la vie est rythmée d une façon plus minutée et nous n’avons pas le temps de profiter des uns des autres. Le confinement prend un rythme de vacances, la vie est plus relax. Évidemment nous essayons de garder un horaire : Levés à 8h, exercices le matin pour ne pas perdre les acquis de l’école et puis après midi à l’extérieur quand le temps nous le permet. Si non, si le temps est à la pluie, nous confectionnons des pâtisseries, nous réalisons un bricolage, ou nous sortons un jeu de société. Nous prenons soin des uns des autres et surtout on reste chez nous. »

Chez Delphine, même constat.  Bien que cette maman soit en télétravail, elle consacre plus de temps et un temps de meilleure qualité à ses enfants. 

« Je passe plus de temps avec eux depuis que je suis en télétravail et qu’il ne faut plus courir entre l’école, le boulot et les activités des enfants. Des moments plus qualitatifs aussi et sans interférence. »

Comme avant, mais en mieux

Clémentine a une petite fille de 4 ans et un petit garçon de 3 mois, la vie à la maison entre les deux bambins, elle connait.  Le confinement n’a donc pas vraiment changé la situation, ou plutôt si, elle l’a améliorée. 

« Nos habitudes n’ont pas vraiment changé. ma petite fille de 4 ans était en première maternelle et n’allait que le matin à l’école, et mon petit garçon lui n’a que 3 mois.  Le matin, nous faisons des petits exercices, des bricolages, un peu comme à l’école, et l’après midi on se détend. Nous sommes toujours aussi proche et zoé n’est pas plus « difficile » ou plus sage qu’avant. Toutefois, je dois avouer que que par rapport à d’autres nous avons la chance d’avoir un jardin, les bois juste à côté de chez nous et une plaine de jeux avec de grands terrains de foot. Mais pas de magasins. Le confinement a quand même changé une chose, Zoé est devenue une super grande sœur qui s’occupe toujours de son petit frère avec beaucoup d’amour ! »

Chez Isabelle les garçons sont grands, ils ont entre 12 et 18 ans.  La famille est très soudée. Le fait d’avoir des ados et pas des enfants en bas âge facilite sans doute la solidarité pendant le confinement. 

« Etant plus grand ils comprennent mieux les risques et les obligations liés au confinement . Mes fils ont la possibilité de communiquer avec leurs amis via skype ou via  la Playstation et donc ne sont pas coupés de leurs relations amicales.  Nous avons également profité de ce confinement afin de réaliser  des projets de rénovation. Nous avons intégré nos enfants à ce projet auquel ils ont participé avec beaucoup d'entrain. Bien évidemment il y a des tensions comme dans toute famille et à n'importe quel moment mais en étant  plus âgés  ils ont pris conscience de leurs devoirs et obligations  face à cette situation. Nous avons trouvé un rythme de vie où chacun accompli ses petites tâches durant la journée. Étant enseignante  de formation, il m’est beaucoup plus facile de gérer leurs travaux extra-scolaires. Je ne dis pas que c'est plus simple pour moi mais je peux plus facilement leur expliquer s'ils ne comprennent pas. »

Isabelle est une maman exigeante et autoritaire nous avoue-t-elle, par conséquent ses enfants ont eu l'habitude de travailler et d'accomplir le travail de l'école par respect pour les enseignants. Et bien qu’elle se reconnaisse certains défauts cette maman semble néanmoins mettre le relationnel en priorité dans son message. 

Vivre ensemble, avec ses hauts et ses bas

Et puis dans ce sondage, qui n’a pas vocation scientifique, nous avons voulu simplement donner un coup de projecteur sur cette période atypique que traversent les familles.  Nous n’avons évidemment que quelque cas de figure, les relations qui n'étaient pas bonnes avant le confinement ne se sont probablement pas améliorées.  Les familles qui vivent les unes sur les autres, sont peut-être au bord de l'implosion. Que l’on se rassure également, les spécialistes sont formels, il n’y a rien de pathologique dans l'exaspération naturelle et le ras-le-bol ponctuel que certains parents peuvent rencontrer. Cela ne changera pas les relations qu'ils ont avec leurs enfants bonnes ou mauvaises d'ailleurs. Pourtant, que ces liens familiaux aient ou non changé, le constat est toujours le même, le confinement aura eu cet effet positif de nous réapprendre le vivre ensemble, avec des hauts et des bas. 

 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept