Aller au contenu principal

Première mondiale à Charleroi : le système de conduite automatique des trains sera testé pour les trains de voyageurs en Allemagne

Le ministère fédéral allemand de l’Économie, a décerné à Alstom le « Prix de l’innovation pour les bacs à sable réglementaires », lié à un projet d’essais qui vise à mettre en œuvre le système de conduite automatique (ATO) pour des trains de voyageurs régionaux. Le projet débutera en 2021 avec la collaboration de l’Association régionale de la ville de Braunschweig, du Centre aérospatial allemand (DLR) et de l’Université technique de Berlin (TU Berlin).  

Après évaluation des voies sélectionnées et de l’équipement nécessaire à la conduite automatique, les essais seront effectués avec Metronom Eisenbahngesellschaft, un opérateur ferroviaire en Basse-Saxe, et deux trains régionaux Coradia Continental appartenant à Regionalbahnfahrzeuge Großraum Braunschweig GmbH. Alstom est depuis longtemps l’un des principaux acteurs de l’ATO appliqué aux systèmes de métro, mais cet essai sera une première mondiale pour les trains régionaux de passagers. 

« À l’avenir, les trains automatisés permettront d’optimiser les opérations ferroviaires régionales, de réduire la consommation d’énergie et d’accroître le confort des voyageurs. La conduite automatique va contribuer de façon décisive à la protection de l’environnement et au développement d'un réseau ferroviaire moderne et attractif. Après avoir développé et testé avec succès le premier train à hydrogène au monde, le Coradia iLint, Alstom fait une nouvelle fois figure d’acteur novateur dans le transport ferroviaire avec ce projet pilote de conduite automatique pour les trains régionaux » explique Jörg Nikutta, Directeur général d’Alstom Allemagne et Autriche dans un communiqué.

Pour ce projet, deux trains basés sur la fameuse plateforme Coradia Continental d’Alstom seront dotés du système européen de contrôle des trains (ETCS) et d'un équipement de conduite automatique (ATO). L’équipement permettra aux trains de fonctionner de manière automatique, en testant différents niveaux d’automatisation (GoA) : GoA3 en service voyageurs normal et GoA4 pendant les manœuvres. Le niveau GoA3 désigne une conduite entièrement autonome, mais avec un personnel qui peut intervenir en cas d'urgence. Le niveau GoA4 désigne, quant à lui, une exploitation sans personnel à bord du train, mais avec la possibilité d'une prise des commandes à distance. 

Le ministre de l'économie et des transports de Basse-Saxe, Bernd Althusmann, a félicité Alstom pour l'attribution du prix de l'innovation à l'échelle nationale :

« Après la mise en service réussie du train à piles à combustible dans le triangle Elbe-Weser, le site Alstom de Salzgitter établit une fois de plus les normes des transports locaux de demain grâce à ce projet . Le fait que nous, en Basse-Saxe, puissions désormais faire avancer les essais et le développement de l'opération automatique des trains en plus du champ d'essai de la mobilité automatisée et en réseau sur la route est une étape décisive pour l'avenir du transport de voyageurs par rail. Ce nouveau projet promet un degré élevé d'innovation, dont nous avons besoin pour des services de mobilité efficaces et respectueux du climat. Bien entendu, je suis particulièrement heureux qu'avec Alstom, une autre entreprise de Basse-Saxe souligne notre réputation en tant que source importante d'innovation ».

Jörn Groos, chef de groupe dans le domaine technologique de l'acquisition de données et de la recherche d'informations à l'Institut de technologie des systèmes de transport du Centre aérospatial allemand DLR e. V., ajoute : "Les tests en conditions réelles sont indispensables pour le développement d'approches pratiques d'IA pour l'optimisation du système ferroviaire".

Les résultats de cet important projet contribueront de façon décisive à une meilleure définition du cadre juridique et réglementaire de la conduite automatique des trains. La Basse-Saxe, qui a annoncé son intention d’exploiter des trains régionaux au niveau d’automatisation GoA3, sera à la pointe de la technologie dès que le projet aura fait ses preuves. Dans le cadre du « bac à sable réglementaire », Alstom peut s’appuyer sur sa grand savoir-faire en matière de métros automatisés et de divers autres projets ATO. L’entreprise est à la tête du projet ATO européen au sein de Shift2Rail et est impliquée dans le train de marchandises automatisé de la SNCF.

Tout comme pour ce projet français, c’est le centre d’excellence signalisation Alstom à Charleroi qui pilote l’analyse des spécifications, le développement du système et les tests. Les équipes de Charleroi ont déjà réalisés plusieurs tests ATO notamment aux Pays-Bas.

 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept