Aller au contenu principal

Rythme scolaire : Chez Temps Danses Urbaines, la directrice est mitigée (vidéo)

La ministre de l'enseignement en Fédération Wallonie Bruxelles, Caroline Désir, l'a annoncé il y a quelques jours, la rentrée 2022 se fera le 29 août, mais ce n'est pas la seule nouveauté puisque tout le calendrier scolaire a été entièrement revu. Si les enseignants accueillent plutôt bien la nouvelle, le milieu extra-scolaire est un peu plus sceptique. A l'école de danse, Temps Danses Urbaines de Charleroi, l'avis de la directrice Mona Maglio est plutôt mitigé. 

"Je ne suis pas contre le fait d’ajouter une semaine aux vacances de Toussaint et de Pâques. Toutefois, je ne vois pas pourquoi il faut faire un système de vases communicants. Pour moi, l’école ne doit pas se calculer uniquement en nombre de jours passés sur les bancs."

De nombreux secteurs ont déjà réagi au changement de rythme scolaire. Une nouvelle organisation qui respecte mieux le rythme de l'enfant disent les spécialistes appuyés par les enseignants qui se réjouissent de la mesure. 

Les associations extra-scolaires tels que les scouts par exemple ont un peu plus de mal avec la réforme, mais la ministre Caroline Désir, l'a promis ils seront entendus. 

Des périodes de congé en dehors des fêtes traditionnelles posent aussi quelques petits soucis. 

Et alors que certains s'inquiètent pour le prix de leurs vacances ou la répartition des gardes d'enfants l'été, pour la directrice de Temps Danses Urbaines, Mona Maglio, c'est tout le calendrier qu'il va falloir revoir avec des avantages mais aussi quelques inconvénients. 

"Je ne suis pas contre le fait d’ajouter une semaine aux vacances de Toussaint et de Pâques. Pour nous, c'est même mieux. Une semaine c'était un peu court et nous nous demandions parfois si cela en valait la peine. Les enfants aiment aussi profiter de leurs familles pendant les vacances scolaires, ici avec deux semaines, cela permettra de ne plus se poser la question. C'est une bonne chose et j’aurais même mis trois semaines à Noël et au Nouvel an. C'est vrai, le temps de passer les fêtes et les enfants retournent déjà à l'école. Mais par contre, je ne vois pas pourquoi il faut faire un système de vases communicants."

On n'apprend pas que sur les bancs de l'école

Une réforme, c'est bousculer des habitudes et cela forcément ne plaira pas à tout le monde. Mais ce que la directrice de l'école de danse ne comprend pas c'est pourquoi on touche aux vacances d'été

"Pour moi, l’école ne doit pas se calculer en nombre de jours sur les bancs de l’école. Il y avait sans doute moyen de réorganiser le travail en classe sans toucher aux vacances d’été."

Pour cette maman, les vacances d'été sont un moment privilégié qui permet aussi de multiples apprentissages dans les domaines artistiques, scientifiques, sportifs ou autres.

Selon elle, certaines familles immigrées partent aussi souvent pendant de longues périodes dans leur pays d'origine ce qui avec 6 semaines ne laissera finalement plus beaucoup de place pour les activités à découvrir chez nous. 

Enfin, aller jusqu'au 7 juillet, risque d'amplifier le sentiment d'une année scolaire qui ne se termine jamais. 

Pour la gestionnaire de l'école de danse, raccourcir les vacances d'été, c'est l'obliger à revoir tout son calendrier d'activités

"En été, nous organisions souvent nos stages fin août à la fin des plaines de jeux. Souvent c’était des stages de découverte avant de commencer une saison de danses. Du coup, tout l’agenda de nos vies privées va être modifié. Si les professeurs passent beaucoup de temps en préparation pendant leurs vacances, nous c'est du non stop et avec ces changements nous n’aurons même plus la possibilité de faire un break ! "

Le secteur extra-scolaire, les organisateurs de stage et les écoles comme la sienne, n'ont visiblement pas été consultés, cela Mona le regrette et s'est exprimée à ce sujet sur les réseaux sociaux. 

« Les réactions sur les réseaux sociaux vont toutes dans le même sens, autant les enseignants sont ravis de cette nouvelle organisation, autant la majorité des associations extra-scolaires ne sont pas satisfaites de ces changements de rythme.»

Si l'on en croit la ministre de l'enseignement, Caroline Désir, le calendrier n'est pas figé et des aménagements pourront encore y être apportés avant sa mise en application, espérons que l'appel de l'extra-scolaire sera entendu. 


Lire aussi : rythmes scolaires, qu'en pense-t-on en salle des profs ? (vidéo)


 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept