Aller au contenu principal

Cimetière: un virus qui tombe mal !

Vous serez nombreux à vous rendre dans les cimetières durant les prochains jours en cette veille de la Toussaint. L’occasion de donner un coup de frais sur la tombe de vos défunts ou de simplement se recueillir. Un événement accompagné de son lot de va-et-vient de personnes 

Cette année, une nouvelle inconnue vient s’ajouter à l’équation, c’est l’épidémie et toutes les contraintes qu’elle entraine dans son sillage. « La seule obligation est le port du masque dans tous les cimetières de la ville de Charleroi, explique Véronique Mouyaux, le directrice de la citoyenneté de la Ville de Charleroi. Nous conseillons aux citoyens d’étaler leur visite, c’est-à-dire de ne pas forcément venir le 1 novembre mais plutôt de l’étaler jusqu’au 8 novembre. »  

Cela vaut pour les 25 cimetières de l’entité de Charleroi. Les heures d’ouverture ont été élargies pour éviter les rassemblements. Les travaux d’entretien sont, quant à eux, stoppés. « Les gros travaux comme la réfection de murs ou de voiries sont interrompus durant la Toussaint et ce, jusqu’au 15 novembre. Par contre les travaux effectués par les pompes funèbres sont interrompus jusqu’au 3 novembre. » 

Tous un masque dans les cimetières ! 

Il n’y a pas de limite de personnes mais la Ville de Charleroi en appelle au bon sens du citoyen, comme Julien qui est venu se recueillir sur la tombe de son oncle quelques jours avant la Toussaint. « On va sûrement être reconfinés donc je suis venu le plus tôt possible, explique-t-il. Il faut faire attention mais on ne va pas nous empêcher de venir voir nos proches décédés. »

Les Carolos ont bien saisi le message. Ce cimetière de Couillet, par exemple, était déjà bien fleuri. Enfin, les traditionnelles pomponettes et chrysanthèmes ne seront enlevées que lorsqu’elles seront fanées. 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept