Aller au contenu principal

Les discothèques restent fermées : le monde de la nuit en souffrance

Les discothèques resteront fermées jusqu’au 31 août. En tout cas, c’est ce que le conseil national de sécurité a annoncé hier. Une déception pour le monde de la nuit qui souffre véritablement de cette crise sanitaire. Puisque le secteur doit faire face à une fermeture de six mois. Exemple dans une discothèque du centre ville de Charleroi. 

"Ça me fend le coeur"

Cela fait maintenant trois mois que cet établissement est fermé. DJ Foxy revient sur les lieux qu’il a l’habitude d’animer. Avec un pincement au coeur… "Habituellement, ici se trouve une régie professionnelle pour les disc-jockey. Actuellement, on a tout démonté depuis le 1er jour où on a été confiné. Depuis lors, on est à l’arrêt! Franchement, après 40 ans de carrière et dans le milieu de la nuit, c’est d’une tristesse vous ne pouvez pas vous imaginer. Comme on dit à Marseille, ça me fend le coeur" confie DJ Foxy, responsable de la communication d’une discothèque.

Des pertes estimées à plusieurs dizaines de milliers d’euros

Le secteur de la nuit souffre de la crise du Covid19 puisqu’il devra faire face à une fermeture de six mois au minimum! Pour cet établissement, les pertes financières sont estimées à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Mais les frais, eux, continuent à s’accumuler. "On reste dans une inexactitude. On ne sait pas où on va aller. On reçoit des informations qui sont confirmées puis qui sont désavouées par la suite. Il faut survivre en attendant une hypothétique date de réouverture" affirme DJ Foxy. 

Une réouverture en septembre sous quelles conditions?

Ici, la capacité d’accueil est de 400 à 600 personnes. Si les discothèques peuvent ouvrir à nouveau le 1er septembre, le tout est encore de savoir dans quelles conditions. Masques ou pas? Capacité d’accueil réduite? Quid de la désinfection des lieux? Encore beaucoup de questions qui restent en suspens. 

"La réouverture dans ces conditions, c’est un peu la tenaille. C’est encore une fois un calcul. Est-ce rentable ou pas? Concrètement, quand vous venez dans un établissement, c’est pour faire la fête, pour vous libérer de la pression de la semaine. Si c’est pour venir et avoir une ‘laisse’ autour du cou, le côté festif est évaporé" estime le responsable de la communication de cette boite de nuit. 

Ici, on espère une ouverture avant le 1er septembre. Même si le CNS a été clair sur cette date. Les responsables attendent aussi une ouverture sans trop de mesures strictes afin de conserver au mieux l’esprit de fête. 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept