Aller au contenu principal

Le site minier du Carabinier à Pont-de-Loup est toujours en activité

Le terril n°2 du Carabinier à Pont-de-Loup fait partie des derniers vestiges du passé minier de notre région. Toujours en activité, on extrait les dernières matières qui serviront à la production industrielle. 

La Belgique, et surtout la région de Charleroi, ont durant des décennies exploité le charbon pour la production de l’énergie. Des produits moins nobles ont formé des terrils. Aujorud'hui, soit, ils sont laissés à l’abandon, soit on les exploite, comme ici à Pont-de-Loup, sur le site de l’ancien terril n°2 Carabinier. « C’est une sorte de recyclage de terril pour y extraire le schiste noir et rouge, explique Frans Grenier, gérant d’une exploitation minière. Le tout pour en faire des produits pour les briqueteries et les cimenteries. » 

Autrefois, il y avait une exploitation minière, puis au fur et à mesure des années, le terril s’est étalé sur treize hectares et avait une hauteur de 100 mètres. A l’heure actuelle, on recycle ce terril pour en extraire les dernières matières. 

« Nous puisons donc dans le terril avec des excavatrices et des chargeurs, nous trions le produit et ensuite il est envoyé par camion ou par péniche dans les sites industriels. » 

Ce n’est pas le cas de tous les terrils de la région mais celui de Pont-de-Loup est encore riche. Ce « recyclage », appelons-le comme ça, permet ainsi d’exploiter les dernières richesses laissées de notre glorieux passé minier. « Le but, c’est de voir que tout ça part et que l’on va encore faire quelque chose avec (toutes ces matières), confie Frans Grenier. Durant l’occupation allemande, les mineurs essayaient de sauver leur famille et donc ils déversaient exprès des wagons de charbon sur le terril. Ils venaient la nuit récupérer le charbon pour se chauffer. C’est à cause de ça que ce terril est encore très riche d’une certaine manière. »

Dans cinq ans, le terril aura disparu.

Ce sera une prairie qui viendra remplacer cette terre. Un espèce de poumon vert d'une certaine manière. Ce qui est assez paradoxal quand on sait que l’ombre de la maladie du mineur planera toujours. 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept