Aller au contenu principal

Les mosquées de Charleroi sont prêtes à rouvrir leurs portes (vidéo)

Dès l’apparition de la pandémie de coronavirus Covid-19 dans notre pays, l’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB) a invité les citoyens de confession musulmane à respecter scrupuleusement les mesures sanitaires imposées par l’État belge pour préserver la santé publique. Aujourd'hui, comme les autres cultes, les responsables des mosquées sont impatients de pouvoir ouvrir à nouveau leurs portes aux fidèles. 

Suite au confinement, l'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) a pris la douloureuse décision de fermer les mosquées au public alors que le mois de Ramadan se profilait. Le jeûne du mois de Ramadan est en effet l’un des cinq piliers de l’Islam et il s’agit de la période de l’année où les mosquées sont le plus fréquentées.

Au lendemain de l'Aid Al Fitr, bonne nouvelle

A la veille de l'Aid Al Fitr qui signifie la fin du Ramadan, l'Exécutif des musulmans de Belgique annonçait souhaiter que les activités cultuelles redémarrent graduellement. Avec les autres cultes et d’une même voix, il a soumis des propositions aux autorités.

 

Plusieurs réunions se sont tenues récemment entre le Ministre de la Justice, les représentants des cultes reconnus, dont l’EMB, et des experts du GEES (groupe en charge du déconfinement) pour étudier la possibilité d’une reprise progressive des activités au sein des lieux de culte. 

A Charleroi non plus, l'union des mosquées n'a pas perdu son temps, comme nous l'explique Mehdi Kinana. 

"L'Exécutif des musulmans de Belgique propose de réouvrir les mosquées entre le 29 mai et le 5 juin avec un fidèle pour 10m2 avec un maximum de 100 fidèles par mosquée. C'est une avancée, mais nous, nous avons déjà travaillé au sein de l'Union des mosquées de Charleroi avec un guide pratique d'une analyse des risques calqué sur ce qui se fait dans les écoles."

Chaque mosquée est libre d'appliquer des mesures plus drastiques si elle le souhaite et à Charleroi on ne badinera pas avec la sécurité. 

"Nous on a prévu que les fidèles doivent venir avec un masque et leur tapis de prière. Du gel hydroalcoolique sera prévu, avec un flux aussi de circulation dans les mosquées. Toutes des mesures qui permettront de pouvoir sécuriser au mieux. On a été aidé par un conseiller en prévention pour l'établissement de ces mesures."

Risque d'affluence

Comme pour les autres confessions religieuses, les lieux de cultes ne sont pas forcément adapté à une restriction d'entrée.  Il va peut-être falloir faire un choix et renvoyer des fidèles chez eux.  Mais de ce côté là Mehdi Kinana se veut rassurant

"Les gens sont habitués à leur mosquée, les cinq prières par jour ne devraient pas poser de problème. Là, où on aura une fréquentation plus importante c'est le vendredi, un peu comme le jour du dimanche pour la messe. Donc là, à ce moment là, des mesures seront prises pour limiter, les gens seront informés et toutes les propositions sont les bienvenues.  On pourrait par exemple faire deux prières du vendredi, pourquoi pas ? mais là ce sont les théologiens qui devront décider."

Les musulmans ont vécu un mois de Ramadan confinés, une épreuve pour ces croyants mais qui a apporté son lot de bonnes surprises. 

"On n'a pas eu le choix dans le principe, mais tout le monde a respecté et cela a été parfois une plus value pour les croyants qui ont pu faire le Ramadan comme jamais, en famille. Et je pense que ça a créé parfois des liens, il y a énormément de points positifs."

La décision de rouvrir les lieux de culte devrait intervenir rapidement. L’EMB continue à œuvrer, en concertation avec les autres cultes et les autorités, pour une réouverture des lieux de prières dans le meilleur délai possible.

Les dates des 29 mai et 5 juin ont été proposées collégialement par les cultes pour la reprise des activités, mais la décision finale revient au Conseil national de sécurité.

 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept