Aller au contenu principal

Charleroi: retrouver le marché vespéral d'antan

Le marché vespéral de Marcinelle va être équipé de caméras de surveillance. Enfin ! Aurait-t-on envie de dire ! Le dossier date quand même de la précédente mandature, quand Philippe Van Cauwenberghe (PS) était alors échevin en charge du commerce. 

La Ville de Charleroi voulait redynamiser son marché de gros en commençant par l’équiper de caméras de surveillance puisque le site marcinellois fait souvent l’objet de dépôts, de vols et d’intrusions. 

« La plus grande problématique et c’est ce qui me choque le plus, c’est que les dépôts clandestins viennent des utilisateurs du site. Ce qu’on retrouve, ce sont des cageots de fruits et de légumes, confie l’échevin du commerce carolo, Mahmut Dogru. Ce n’est pas le citoyen lambda qui va venir déposer 50 cageots sur le site. Quand on sait que ces gens vendent de l’alimentaire, on se pose des questions quant à l’hygiène de leur commerce. Il est malheureux de leur faire signer une convention alors que c’est le minimum à respecter. Comment peuvent-ils envisager de travailler dans un lieu où ils font eux-mêmes des dépôts clandestins », s’interroge l’échevin carolo. 

Les travaux du marché vespéral devaient se dérouler en deux phases avec les barrières coulissantes dans un premier temps. Sauf que ces barrières situées à l’entrée n’ont jamais été en état de marche. La seconde phase était l’installation de caméras de surveillance. C’est chose faite… après deux ans ! Elles couvriront toute la surface du site et il y aura des contrôles tous les jours. 

Rebooster le site ! 

L’enseigne Métro (qui vend des assortiments food & non-food pour professionnels) avait, en son temps, manifesté son intérêt et elle arrivait à point nommé dans le but de redynamiser le site. Mais la Ville n’a reçu qu’une ébauche, à croire que la marque n’était plus vraiment chaude d’ajouter un dixième magasin à sa liste. Il fallait démolir l’ancienne halle, ce qui signifiait beaucoup d’investissements finalement. « Ils (Métro) n’ont pas assumé leur part du contrat. Aujourd’hui nous sommes deux ans après la signature du contrat et rien n’a bougé, pas une brique. Je me demande même s’ils sont repassés une fois sur le site. La première année, ils s’étaient engagés à démolir l’ancien halle et d’entamer les travaux. »

Quid du futur ?

C’est encore le flou de ce côté-là. Le marché vespéral va continuer ses marchés de gros mais on ne sait pas réellement encore de quoi sera fait demain. Selon l’échevin en charge du commerce à Charleroi, Mahmut Dogru, des pistes sont envisagées mais on préfère ne pas se prononcer avant d’être sûr. « Ce sera une firme belge, c’est tout ce que je peux vous dire pour l’instant. » Si l’enseigne Métro est désormais mise de côté, on espère cette fois-ci, que le projet sera sur de bons rails.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept