Charleroi: les restaurants délaissés au profit des fast-foods?

par
|

Une étude réalisée par la fédération du commerce Coméos indique que les Belges vont moins souvent au restaurant, par manque de temps ou de moyen, mais également à cause du télétravail qui est encore d’application dans certaines entreprises, tout comme les sandwicheries qui sont touchées par ce phénomène. A contrario, les fast-foods sont plus prisés. Mais comment est la situation à Charleroi? 

La crise du covid et les différents confinements que nous avons connus ont considérablement changé nos modes de vie et nos habitudes de consommations alimentaires. Selon une étude réalisée par la Fédération du commerce Comeos, la fréquentation des restaurants est en chute de 10% depuis l’année 2019.

" Nous, on le ressent, nous faisons des services uniquement le midi, indique Jacques Delporte, gérant d’une brasserie. Les gens font encore pas mal de télétravail donc une fois sur deux ils sont chez eux et ils sont habitués à cela. De plus, on prône la semaine des 4 jours actuellement donc c’est un jour encore en moins pour avoir plus de clients… Les gens sortent moins de chez eux pour manger. "

En 2023, le coût de la vie a véritablement impacté les acheteurs sujets à la crise. L’étude de Coméos montre la difficulté des restaurateurs à retrouver leur clientèle. Ils sont passés de 51.3% de la consommation sur place en 2019 à 43,5% au profit des fast-foods, dont la part du marché a augmenté de 9,4% il y a quelques années à 17,1% actuellement.

Il faut donc dire que les Belges se rendent moins dans les restaurants traditionnels, mais bien plus dans les fast-foods qui sont moins coûteux.

" J’ai de plus en plus de clients qui deviennent des habitués, confie Cédric Dolore, gérant d’un fast-food. Mais nous avons tout de même moins de clients qui viennent manger sur place, bien souvent, c’est pour des repas à emporter, ce qui est dommage, car lorsque le restaurant est complet, il y a une ambiance particulière et c’est plus convivial. "

Même son de cloche dans une sandwicherie, les clients mangent moins souvent sur place qu’auparavant.

" On voit que les clients viennent une fois tous les deux jours alors qu’avant, ils venaient chaque midi chez nous, explique Maxime Vandorpe, gérant d’une sandwicherie. Maintenant depuis la crise covid, on en a profité pour développer les livraisons et ça fonctionne très bien, contrairement au repas sur place qui ne fonctionne pratiquement plus. On voit réellement que les habitudes ont changé, il y a l’avant et l’après-covid, c’est impressionnant. "

" Les gens vont plus souvent s’orienter vers les plats à emporter, indique Luc Marchal, Président de la Fédération Horeca Wallonie. Ils se dirigent vers les plats plus simples également tels que les pizzas ou la cuisine asiatique que de la restauration plus gastronomique. Néanmoins, passer de nombreuses heures au restaurant ce n’est plus la mode et puis les Belges ont moins de temps. La vie a totalement changé, je pense par exemple aux repas d’affaires, avant, les hommes d’affaires prenaient toute l’après-midi pour manger, mais c’est terminé ce temps-là, désormais même les hommes d’affaires sont fort pressés. "

Finalement, tout le monde doit s’adapter face à cette inflation. Le secteur horeca a été le plus touché lors de la pandémie, et il l’est toujours actuellement. Néanmoins la crise du pouvoir d’achat impact également les boulangeries et les boucheries au profit des supermarchés.

 

 

Clara Declercq. 


Sur le même sujet

Recommandations

Image

Les sites des journaux quotidiens accessibles gratuitement aux élèves pendant un mois

Les élèves du secondaire, de tous réseaux et types d'enseignement, pourront accéder aux versions numériques des quotidiens francophones du pays pendant un mois, du 25 mars au 24 avril, dans le cadre de la troisième édition de l'opération "Ouvrir mon quotidien numérique".
Image

Colruyt et Okay rappellent des cookies au chocolat pouvant contenir des bouts de métal

Colruyt Group procède mercredi au rappel de cookies aux pépites de chocolat de la marque Boni Selection, en collaboration avec l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaine alimentaire (Afsca), en raison d'une présence possible de particules métalliques.
Image

Quatre organisations environnementales appellent à boycotter les produits suremballés

Quatre organisations environnementales lancent lundi la campagne "End Double Packaging", une opération visant à enrayer le suremballage des produits de supermarchés.
Image
Une nouvelle étape pour le BioPark de Charleroi

Une nouvelle étape pour le BioPark de Charleroi

Avec l’inauguration de Biotech 4 à Gosselies, un nouveau pas a été effectué à la fois pour le BioPark carolo et pour Igretec.
Image

Salmonelle: Colruyt rappelle ses plateaux gourmets

En accord avec l’Afsca, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, le Groupe Colruyt rappelle ses plateaux gourmets préemballés en raison d’une possible contamination.
Image

Des primes pour les entreprises qui financent des places de crèche

Face au manque de places de crèche en Wallonie, le gouvernement a décidé de lancer un projet-pilote avec l'ONE, censé inciter les entreprises à financer des places d'accueil pour les enfants de leurs employés.
Image
L'immobilier toujours plus cher dans la Hainaut

L'immobilier toujours plus cher dans la Hainaut

Les résultats du baromètre immobilier de la Fédération des notaires sont tombés. On constate que la brique coute encore plus cher en Belgique et dans notre région. Sans grande surprise c’est la commune des Bons-Villers qui est le plus cher du Hainaut si vous souhaitez investir.
Image
Gerpinnes : le chef étoilé Pierre Résimont s'associe à Laurent Wagner pour ouvrir La Table du Tribeca

Gerpinnes : le chef étoilé Pierre Résimont s'associe à Laurent Wagner pour ouvrir La Table du Tribeca

A Gerpinnes, c'est une table bien connue de la région qui va connaître un nouveau souffle. L'ancien restaurant Tribeca a été racheté par l'homme d'affaires Laurent Wagner qui s'est associé au chef étoilé Pierre Résimont.
Image

Une plateforme pour faire se rencontrer athlètes et potentiels sponsors

On le sait, au-delà de certains sports plus rémunérateurs et exposés, il n'est pas financièrement aisé de poursuivre une carrière sportive en Belgique. La mise en place d'une plateforme du genre pourrait aider les sportifs.
Image
Pas de décision quant au plafonnement du coût des voyages scolaires

Pas de décision quant au plafonnement du coût des voyages scolaires

La décision a été renvoyée à la prochaine législature, même si celle-ci était prévue dans l’accord du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Image
Des bénéfices plus importants que prévu pour Aperam malgré un "marché en crise"

Des bénéfices plus importants que prévu pour Aperam malgré un "marché en crise"

"Le marché de l'acier inoxydable est en crise", a soutenu vendredi le groupe Aperam à l'occasion de la publication de ses chiffres annuels. L'entreprise, qui dispose en Belgique d’une usine à Châtelet et à Genk, a vu ses ventes et bénéfices diminuer en 2023. Durant le dernier trimestre, les bénéfices ont toutefois été supérieurs aux prévisions, au contraire des ventes.
Image
Baromètre UCM : la rentabilité des PME est fragilisée

Baromètre UCM : la rentabilité des PME est fragilisée

L’Union des Classes Moyennes (UCM) a publié son nouveau baromètre sur la santé des PME en Wallonie et à Bruxelles. Il en ressort que l’activité économique de ce secteur est fragile. Les entrepreneurs sont inquiets.
Image

Préavis de grève chez bpost

Les syndicats de bpost ont déposé un préavis de grève pour jeudi, a indiqué samedi le syndicat socialiste, confirmant une information du Standaard. Ils réclament un plan pour l'avenir de l'entreprise postale et son personnel, précise le délégué ACOD Geert Cools.
Image

Une réforme des conditions pour les étudiants jobistes qui passe mal

Les Jeunes FGTB, ABVV Jongeren, les Jeunes CSC, Jong ACV et la FEF s’opposent à la proposition de loi de l’Open Vld abrogeant les limitations applicables à l’occupation d’étudiants jobistes. Selon le front commun syndical, le texte contribuera à accroître la précarité des étudiant·es.
Image
Tirou 1: un investissement de plus de 50 millions d’Euros d’ici à 2025

Tirou 1: un investissement de plus de 50 millions d’Euros d’ici à 2025

Les travaux de l’Immeuble TIROU 1 vont débuter. Après avoir finalisé, les projets Rive Gauche, La place Verte, le Novotel, le siège de BNP Paribas Fortis, l’Auberge de Jeunesse Arthur Rimbaud, l’immeuble Charleroi Renaissance, la société d'investissement IRET promet la fin de ce projet pour 2025.