Aller au contenu principal

Une chambre spéciale pour toxicomanes au parquet de Charleroi

Le parquet de Charleroi dispose désormais d'une chambre de traitement de la toxicomanie. Il s'agit d'une mesure du plan de gestion présenté par le procureur de division de Charleroi Vincent Fiasse en mai dernier. L'objectif est de proposer un accompagnement et une solution de traitement et de réinsertion à certains toxicomanes, afin d'éviter l'incarcération. 

Depuis ce mois de janvier, cette chambre a débuté ses activités. Des modèles similaires existaient déjà à Gand et à Anvers. En Wallonie, il s’agit d’une première. 

Des profils précis sont concernés

Il s’agit donc principalement d’un accompagnement en vue d’une réinsertion dans la société. Mais attention, cette mesure concerne un profil précis de toxicomanes, qui doivent impérativement être en aveux.

Une justice qui s’adapte aux problématiques liées à la toxicomanie, c’est un modèle qui a déjà fait ses preuves aux Etats-Unis et au Canada. Dans notre région, l’asbl Trempoline de Châtelet est associée à cette nouvelle chambre du parquet de Charleroi. Cette asbl spécialisée dans la prévention et le traitement des assuétudes est convaincue par cette alternative à l’incarcération. Une première audience s’est déroulée ce 28 janvier. Une trentaine de dossiers devrait être traitée chaque année. 

Le nombre d’associations partenaires est amené à s’étoffer. Deux assistants de justice sont affectés à mi-temps à cette nouvelle chambre qui bénéficie d’un financement pour deux ans, qui devrait être reconduit. 

 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept