Aller au contenu principal

Comment le "non-essentiel" est retiré des rayons des grandes surfaces

Depuis ce matin, dans les hyper et supermarchés, certains rayons sont fermés aux clients. Ce sont ceux qui proposent des produits non-essentiels. Une mesure qui vise à ne pas faire concurrence aux petits commerces qui sont obligés de fermer. Exemple dans une grande surface de Bomerée.

 

Des rayons interdits aux clients

De simples chaînes en plastique. Ou même des solutions un peu plus bricolées. Depuis ce matin, les rayons de produits non-essentiels sont interdits aux clients dans les super et hypermarchés.

« L’Arrêté Ministériel a été pris dimanche, et la décision a été prise par le Comité de direction hier, explique Siryn Stambouli, la porte-parole de Carrefour. Les magasins n’ont donc eu que ce lundi matin pour tout mettre en place dans l’urgence. Nous n’avons évidemment pas pu retirer les articles des rayons. Nous n’avons pas le faire. Nous barrerons simplement l’accès. »

 

Les clients regrattent la fermeture de certains rayons

Ce sont les rayons textile, jouets, jeux vidéos, électronique et électroménager qui sont fermés.

« C’est normal que certains rayons soient fermés, nous a déclaré un client. Mais il y en a d’autres qui me semblent essentiels et qui sont fermés. Comme le rayon électro. Je voulais acheter un aspirateur, mais c’est fermé. Donc je l’achèterai à la fin du confinement. On a aussi besoin de vêtement de temps en temps. Mais, bon, on peut patienter jusqu’à la fin du confinement. »

 

Des conséquence économiques aussi pour les grandes surfaces

Mais pour ce groupe d’hypermarchés, il y aura des conséquences économiques.

« Tout ça c’est un manque à gagner, ajoute la porte-parole de Carrefour. Surtout dans une période importante, avec la Saint Nicolas, le Black Friday et la Noël. Et puis, le groupe craint que les clients ne se ruent sur de gros sites de vente en ligne américain qui ne font vivre personne chez nous, au contraire des grandes surfaces installées en Belgique. »

 

Comme dans le petit commerce, il faut s’adapter

Malgré tout, le groupe se dit solidaire avec le petit commerce et va s’adapter.

« On a envie de mettre en place des alternatives pour les clients, enchaîne la porte-parole de Carrefour. A la base, on ne propose que de l’alimentaire pour le commerce en ligne. Mais là, on va essayer de proposer un maximum de produits non-alimentaire. Mis on ne pourra pas tout mettre, en fonction des stocks, entre autres. »

 

Les rayons fermés restent une tentation pour les clients

Une cliente rencontrée au hasard des rayons nous confiant qu’elle appréciait cette fermeture puisqu’elle permettait de ne pas faire une concurrence déloyale au petit commerce. Mais il y a quand même des tentations.

« Ici, avec ma fille qui est encore petite, c’est difficile. On nous oblige à rentrer par le côté des jouets. Et maintenant, elle est en pleurs parce que la première chose qu’elle a vu, ce sont les jouets. Je trouve qu’ils auraient du plutôt condamner le côté jouets plutôt que de fermer l’entrée côté fruits et légumes. »

Et oui, même les décisions les plus logiques provoquent parfois des dégâts collatéraux…


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept