Aller au contenu principal

Un foyer pour handicapés à Froidchapelle. Ca bloque du côté d'Ham-sur-Heure...

Froidchapelle emboite le pas de Philippeville et va aussi accueillir un centre d’accueil pour personnes déficientes mentales. Les implantations seront à la rue de Virelles, elles pourront prendre en charge 80 personnes, ce qui créera dans la foulée 60 emplois. 

C’est la société luxembourgeoise « Yellowstone » qui va construire le bâtiment. Après Philippeville, elle comptait bâtir une seconde implantation du côté d’Ham-sur-Heure/Nalinnes. Sauf que de ce côté-là, ça coinçait. « Le problème n’est pas le projet en soi, c’est la situation, explique Yves Binon, le bourgmestre d’Ham-sur-Heure/Nalinnes.  La rue du Pré Al Rocq est une rue très étroite, les voitures ne savent même pas se croiser. Faire passer tout le charroi de fonctionnement de ce centre d’accueil est infaisable. Pour donner un exemple, un chalet a pris feu et les pompiers ont eu du mal pour accéder à l’habitation. » Le projet pour Ham-sur-Heure a été déposé sans même avoir consulté les autorités communales. Du côté du bourgmestre, on le répète, le problème se situe au niveau de la mobilité. 

« C’est un terrain d’intérêt communautaire donc c’est un décision régionale » 

Du côté de Yellowstone, le gestionnaire en charge du projet, Ludovic Coulon, se défend: « Il faut savoir que c’est un foyer qui sera fermé au public. C’est-à-dire que les parents ne pourront pas venir voir leurs enfants dans ce centre d’accueil. Personne ne peut y rentrer à part le personnel. C’est un terrain (à Ham-surHeure) qui en zone bleue donc qui est destiné à accueillir ce type d’infrastructure donc pas de résidencel. C’est un terrain d’intérêt communautaire donc c’est un décision régionale. » La région wallonne rendra sa décision la semaine quant à l'obtention ou non du permis.

C’est là que Froidchapelle entre dans la danse

Le bourgmestre de Froidchapelle, Alain Vandromme, apprend que Yellowstone galère avec la commune d’Ham-sur-Heure et propose à la société de venir s’implanter sur sa commune. Alain Vandromme est également président de l’ASBL « Les amis des handicapés » qui chapeaute l’institut froidchapelloise « L’accueil » et donc, il a une affinité particulière avec ce secteur. « J’ai cru comprendre qu’il y avait un souci au niveau de l'urbanisme à Hams-sur-Heure. J’ai directement pris contact avec la société Yellowstone et je leur ai dit que j’étais partant pour que le projet se fasse à Froidchapelle, explique Alain Vandromme. Au début, nous souhaitions installer l’implantation à côté des bâtiments de l’ASBL « Les amis des handicapés » mais aucun terrain ne convenait. Ceci dit, il y aura un partenariat entre les deux. C’est un projet qui s’intègre vraiment au niveau de notre commune et en plus, ça permettra de créer 60 emplois. »    

Les luxembourgeois sautent évidemment sur l’occasion qui tenait à investir la Botte du Hainaut. « Il y a évidemment un côté social mais nous savons bien que des communes comme Froidchapelle, Beaumont, Couvin ou Chimay forment une zone où l'emploi est un problème, explique Ludovic Coulon. Nous allons donc créer énormément d'emplois dans le sud du sillon Sambre-et-Meuse. Les communes sont demandeuses car il y a tout un aspect social intéressant. Par centre, nous allons créer 60 emplois et depuis que l'information est sortie, les gens cherchent mon adresse pour m'envoyer leur CV. » 

Plan du projet des centres d'accueil

Les deux centres d’accueil seront identiques

Il y aura un bâtiment central autour duquel graviteront quatre blocs résidentiels. Dans le bâtiment central, il s’y déroulera les activités communes (hall d’accueil, salle polyvalente, salle à manger bureaux…) et dans chaque bloc, 20 personnes y cohabiteront.  Coût de l’investissement: 8 millions d’euros. 

La société luxembourgeoise prospecte déjà et a plusieurs terrains en ligne de mire, surtout en Entre-Sambre-et-Meuse. On parle de Beaumont, Couvin ou encore Erquelinnes avec le même cahier de charges: 80 lits et 60 emplois créés. Concernant Froidchapelle, Yellowstone doit encore acheter le terrain, avoir le permis et seulement ensuite, les travaux pourront débuter. On nous l’assure, les contacts sont bons et c’est en bonne voie.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept