Infanticide de Gosselies: ce n'est pas la mort subite du nourrisson selon les experts

par
|

Ce mardi, la Cour d’Assises du Hainaut a entendu la seconde juge d’instruction qui s’est occupée de l’affaire du petit Yann Daubremont, âgé de sept mois, et décédé en septembre 2019 à Gosselies. Sa maman, Maude, est soupçonnée de l’avoir tué. Et dans la foulée, la Cour a aussi entendu les policiers qui ont enquêté sur la mort de Yann.

Forcé à boire du lait entier épaissi

Maude Dambremont, est accusée d'avoir tenté de tuer son bébé, le 29 août 2019, et de l'avoir tué, le 15 septembre 2019 en le gavant avec son biberon de lait. L'accusée conteste les faits. Pourtant, selon le ministère public, il reste des éléments troublants.

Selon l'enquête, le petit Yann a été forcé à boire du lait entier épaissi puisqu'un bouchon de cette matière a obstrué les voies respiratoires, entraînant une asphyxie, puis la mort. Toutefois, l'enfant ne présentait aucun signe de maltraitance.

Selon les experts interrogés, l'accusée s'est montrée très collaborative avec eux lors de la perquisition. Elle a par contre fait montre de nombreux changements d’humeur. Les policiers ont déclaré n’avoir remarqué aucun signe de maltraitance ni sur Yann, ni sur son petit frère, né en 2020. La maman semblait préoccupée par la santé de son dernier fils.

 

La mort subite du nourrisson est exclue

Les médecins légistes sont ensuite venus livrer leurs conclusions. Et, selon eux, les faits sont clairs. « Une pâte blanchâtre épaisse tapissait la paroi muqueuse de l'estomac. Cette même substance tapissait également la paroi du larynx, ainsi que les bronches, obstruant totalement l'accès de l'air vers le poumon droit. L'obstruction était partielle au niveau du poumon gauche. Un œdème cérébral s'est formé, à la suite du phénomène asphyxique". Et cela aurait duré un certain temps.

Aucune maladie métabolique, cardiaque ou neurologique chez l'enfant. La fausse route alimentaire était, dès lors, la seule cause retenue par les médecins. La mort subite du nourrisson est fonc exclue.

Le 15 septembre 2019, l’enfant était déjà en état de mort apparente à l'arrivée des urgentistes. La réanimation de dix minutes n'a pas pu le ramener à la vie. Selon les légistes, il est aussi impossible que l'accusée ait pu garder son fils dans ses bras, durant trente minutes avant de le coucher dans son lit, sans constater de signes de détresse.

La conclusion des médecins est donc très claire: Yann est décédé des suites d'une fausse route alimentaire massive. Il avait avalé des quantités supérieures de lait par rapport aux recommandations des médecins. Une substance épaississante de type céréalière a été ajoutée au lait.

Demain, mercredi, la Cour prendra connaissance de l'expertise psychiatrique.

 

VB d’après Belga


Sur le même sujet

Recommandations

Image
La police judiciaire fédérale de Namur démantèle un réseau actif dans le trafic de drogue

La police judiciaire fédérale de Namur démantèle un réseau actif dans le trafic de drogue

Le parquet de Namur a annoncé que la police judiciaire fédérale de Namur a procédé ce mercredi à une quarantaine de perquisitions sur tout le territoire national.
Image

Appel à témoins suite à une agression à Charleroi

A la requête du Juge d’instruction à Charleroi, la police demande de diffuser l’avis suivant. Ce sont des faits qui se sont déroulés début février dans le centre de Charleroi.
Image

Procès Michel Logistics: report des plaidoiries en avril prochain

La dernière journée du procès de Didier Michel et de sa société de transport Michel Logistics a été reportée mardi matin par le tribunal correctionnel de Charleroi au 4 avril prochain, en raison de la maladie de la présidente du tribunal.
Image
Un homme écope de 9 ans de prison pour des viols commis sur trois femmes

Cinq ans de prison ferme pour le viol de sa compagne

La 6e chambre du tribunal correctionnel de Charleroi a prononcé lundi en milieu d'après-midi une peine de cinq ans de prison ferme contre un homme poursuivi pour viol et coups et blessures sur sa compagne. Cette dernière était parvenue à alerter sa voisine via un code sonore. Le prévenu avait uniquement reconnu la scène de coups et blessures. Le ministère public avait requis une peine de 36 mois de prison contre le détenu.
Image
Un enfant de neuf ans séquestré à Marcinelle : les deux inculpés restent en détention

Des peines d'un an et de dix-huit mois de prison pour un double vol avec effraction

La 10e chambre du tribunal correctionnel de Charleroi a prononcé jeudi en fin d'après-midi des peines d'un an et de 18 mois de prison contre trois prévenus poursuivis pour un double vol avec effraction commis en l'espace de quelques heures au sein d'une habitation à Lodelinsart.
Image

Deux ans de prison et une déchéance du permis de conduire pour une course-poursuite

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné jeudi en milieu de journée un jeune prévenu à 2 ans de prison avec un sursis probatoire de 5 ans pour une course-poursuite avec la police dans les rues de Merbes-le-Château.
Image
Douze ans de prison requis pour la tentative d'assassinat de deux motards

Une peine de cinq ans de prison ferme requise pour une agression à l'ammoniaque

Le ministère public a sollicité une condamnation à cinq ans de prison ferme jeudi après-midi devant la 10e chambre du tribunal correctionnel de Charleroi contre S.G. Le jeune homme de 22 ans, actuellement détenu, reconnaît avoir lancé de l'ammoniaque sur un homme sur le quai d'une gare "pour un regard de travers".
Image

Appel à témoins suite à l'agression d'un contrôleur de train

A la requête du parquet de Charleroi, la police a choisi de diffuser l’avis suivant, suite à l'agression d'un contrôleur dans un train en décembre 2023.
Image
Douze ans de prison requis pour la tentative d'assassinat de deux motards

Trois ans de prison ferme pour des coups de couteau sur son beau-père

Le tribunal correctionnel de Charleroi a prononcé jeudi en début de soirée une peine de trois ans de prison ferme contre Grégory J. Le quadragénaire, actuellement détenu, était poursuivi pour coups et blessures à l'aide d'un couteau sur son beau-père.
Image
TC Charleroi : Trois ans de prison ferme pour des coups de couteau sur son beau-père

TC Charleroi : Trois ans de prison ferme pour des coups de couteau sur son beau-père

Le tribunal correctionnel de Charleroi a prononcé jeudi en début de soirée une peine de trois ans de prison ferme contre Grégory J. Le quadragénaire, actuellement détenu, était poursuivi pour coups et blessures à l'aide d'un couteau sur son beau-père. Ce dernier invoquait la légitime défense. Le ministère public avait requis une peine de quatre ans de prison ferme contre Grégory J.
Image
Administration d’antalgique à son bébé : 3 ans de prison

De un à cinq ans de prison pour un vaste trafic de cocaïne et de cannabis

La 6e chambre du tribunal correctionnel de Charleroi a prononcé lundi après-midi des peines de prison allant d'un an à cinq ans avec sursis et deux peines de travail de 120 heures contre douze prévenus.
Image

Viol d’une voisine : acquittement au bénéfice du doute

La 6e chambre du tribunal correctionnel de Charleroi a prononcé un acquittement au bénéfice du doute contre un prévenu, qui contestait avoir violé une voisine le 2 juillet dernier. Il avait pourtant déjà inquiété par la justice en 2018 pour des faits similaires.
Image
Douze ans de prison requis pour la tentative d'assassinat de deux motards

Huit ans de prison pour des viols sur une jeune fille en état de vulnérabilité

Le tribunal correctionnel de Charleroi a prononcé une peine de huit ans de prison, avec arrestation immédiate, contre un prévenu poursuivi pour des viols commis sur une jeune fille en état de vulnérabilité entre juillet 2017 et mars 2022.
Image

Dix ans de prison par défaut pour séquestration et viol d'un jeune garçon

La 6e chambre du tribunal correctionnel de Charleroi a prononcé mercredi en fin de matinée une peine de 10 ans de prison par défaut avec une arrestation immédiate contre un prévenu poursuivi pour viol, séquestration, menaces avec un pistolet, coups et blessures sur un mineur d'âge, victime d'un piège et rencontré dans une station de métro, ainsi que séjour illégal. Le parquet avait sollicité une peine de huit ans de prison par défaut contre l'homme condamné.
Image

Huit ans de prison ferme pour viols sur trois de ses belles-filles

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné mercredi matin un homme à 8 ans de prison ferme. Ce dernier contestait avoir sexuellement agressé trois de ses belles-filles mineures. L'arrestation immédiate sollicitée par le ministère public à l'issue du prononcé n'a pas été accordée.