Aller au contenu principal

Risque de contagion dans les ruchers autour de Courcelles

Et à quelques battements d’ailes d’abeilles de là, des ruchers sont en grand danger. A Courcelles, une épidémie s’est déclarée dans les ruches de Thierry Vilet. Ses abeilles sont infectées par la Loque Européenne, une maladie très contagieuse pour les abeilles. Il a appelé l’Afsca qui a décrété un périmètre de sécurité de 3 kilomètres et devra détruire ses ruches.

 

La loque Européenne détectée à Courcelles

Thierry Vilet l’a découvert il y a deux semaines. Ses ruches ont beau être en pleine activité, elles sont malades. D’une maladie appelée la Loque Européenne, une maladie qui attaque le couvain d’une ruche et qui va finir par faire s’effondrer la ruche. Sans descendance, la ruche finit par mourir.

« C’est une maladie très contagieuse qui nécessite des mesures de précaution et une déclaration à l’Afsca et à la commune pour établir pour définir une zone de sécurité, pour éviter une contamination des autres ruchers de la région. », explique l’apiculteur amateur courcellois."

 

Un périmètre de sécurité est détecté

Il a de suite prévenu l’Afsca qui est venue sur place et a fait le diagnostic. Et a décrété un périmètre de sécurité de 3 kilomètres. Dans cette zoner, il ne peut plus y avoir de déplacement de ruches ni de ventes ou de récupérations d’essaims.

« D’autant, reconnait-il, que, si je suis un foyer de Loque Européenne, l’Afsca m’a dit que je ne suis pas le foyer initial. »

 

« On ne s’improvise pas apiculteur »

Thierry a obtenu le brevet de la Région Wallonne après deux ans de cours. Ce qui l’aide à détecter les maladies de ses ruches. Car on ne s’improvise pas apiculteur. On ne sauve pas les abeilles en achetant une ruche. Il faut encore pouvoir s’en occuper, la visiter régulièrement et prévenir les maladies.

« Pour moi, les carottes sont cuites, déplore Thierry Vilet. Le seul intérêt que j’ai pour le moment, c’est de préserver les ruchers de mes collègues. Il ne faut pas que cette maladie se propage. La semaine, l’Afsca vient pour souffrer toutes les abeilles, et on va brûler tout le matériel et tous les essaims. »

Pour Thierry Vilet, plus d’abeilles en 2020. Sa saison d’apiculteur n e recommencera qu’en 2022.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept