Aller au contenu principal

Industeel : Un conseil d'entreprise qui n'en dit pas plus (UPDATE)

Industeel : Un conseil d'entreprise qui n'en dit pas plus (UPDATE)

ArcelorMittal a mandaté la Deutsche Bank afin de trouver un repreneur pour sa filiale d'aciers spéciaux à haute valeur ajoutée Industeel. Le site de Charleroi, où travaillent un millier de personnes, est donc bel et bien à vendre, mais c'est l'ensemble de la branche des aciers spéciaux du groupe qui est concernée. Un conseil d'entreprise extraordinaire a eu lieu aujourd'hui à Charleroi.  

Selon le bilan financier 2019 publié auprès de la Banque nationale, le chiffre d'affaires d'Industeel Belgium était de plus de 500,35 millions d'euros l'an dernier et la filiale occupait 1.004 travailleurs à Charleroi. Une bonne santé financière qui fait d'Industeel un outil qui offre une plus value intéressante. Le groupe envisage depuis plus d'un an de vendre sa branche acier spéciaux, mais c'est toute la branche qui est concernée et donc les entreprises françaises du Creusot et de Château Neuf. 

Selon les informations qui ressortent du conseil d'entreprise de ce matin, c'est Alex Nick, le CEO d'Industeel qui aurait demandé à la banque d'investissement, Deutsche Bank, de chercher un éventuel repreneur. Alain Pelgrims de la Fgtb n'en reste pas moins inquiet. 

" Vous savez, les bons résultats financiers ne font pas tout.  Toutefois, ce matin la direction de Charleroi nous a juste avertis que nous serions informés en temps utile si un repreneur potentiel était en vue. La même démarche a été faite au même moment en France par le CEO en personne.  Il nous a aussi été confirmé que si aucun repreneur ou associé digne de ce nom n'était intéressé, l'entreprise continuerait comme c'est le cas maintenant."

Du côté de la CSC, le son de cloche est différent, il n'y a pas vraiment d'inquiétude à avoir.

L'info n'est pas neuve

Hier nous vous rappelions que Industeel est en effet sur le marché depuis plus d'un an, c'est en septembre de cette année à l'occasion d'un conseil d'entreprise européen que le groupe Arcelor Mittal est revenu sur son intention de se séparer de la banche acier spéciaux du groupe, dont Charleroi.  Cette vente se fera au plus offrant.  Industeel ne fait plus partie du core business du géant indien qui produit de l'acier à tour de bras.  Industeel ce sont des techniciens de la sidérurgie. 

L'annonce de cette vente aujourd'hui au grand jour a fait grand bruit jusqu'en France où les clients s'inquiètent.  Benoit Busia délégué CSC chez industeel veut remettre les pendules à l'heure. 

"Ce matin, il ne s'est pas passé grand chose. La direction a rappelé les tenants et les aboutissants de cette possible future vente, mais ce que l'on a pu entendre sur la fermeture du site ces derniers temps est tout à fait faux." 

La direction d'Industeel qui s'est exprimée par voie de communiqué a rappelé que les tractations concernant la recherche d'un repreneur potentiel font l'objet d'une certaine confidentialité. Toutefois, elle confirme qu'un processus a bien été engagé afin d'examiner si un actionnariat ou partenariat était possible. Le groupe n'est qu'au début du processus, rien n'est fait loin de là.  Les offres éventuelles seront également validées dans l'intérêt de tous.  

Benoit Busia, délégué CSC est néanmoins outré de la manière dont cette vente a été mise sur la place publique et rappelle que pour son syndicat : 

"Gentillesse ne signifie pas faiblesse, le marché n'est pas rose, nous le savons mais nous ne voulons pas nous laisser entrainer dans la schizophrénie ambiante.  Avec la covid-19 ce n'est déjà pas facile.  Nous ne voulons pas mettre le feu comme le font nos collègues de la fgtb." 

Une attitude qui semble payante puisque sans faire de lien de cause à effet bien sûr, le dépouillement des élections sociales a favorisé la CSC puisqu'elle remporte le mandat jeune, et est majoritaire à l'issue du scrutin. 

La Fgtb n'en démord pas ! 

Pour la FGTB Métal Hainaut-Namur, il hors de question de voir les emplois et la pérennité d’un site industriel stratégique remis en cause pas les stratégies financières de Mittal.

Le syndicat n'avait dit-il jamais été informé aussi concrètement de volontés et d’informations tant précises sur les intentions de Mittal vis-à-vis de la branche « Industeel ».

Les délégués Fgtb ont bien l'intention d'interpeller les responsables Européens d’ArcelorMittal via le conseil d’entreprise européen. En utilisant tous les moyens à leur disposition afin d’éclaircir la situation et faire primer l’intérêt de l’emploi et des travailleurs. Antonio Cocciolo, le Président de la FGTB Métal Hainaut-Namur confirme :

« Nous avons directement réagi en forçant la direction à sortir du bois quant à leurs réelles intentions pour l’entreprise Industeel, chose qu’elle se refusait à faire jusqu’ici. Nous avons trop vu dans notre région des sites complets et des milliers d’emplois mis à terre par ces mêmes stratégies et nous savons de quoi Mittal est capable ».

Pour la Fgtb, qui rejoint en cela le PTB, la Région Wallonne a un rôle important à jouer en forçant la direction à développer un plan stratégique industriel qui pérennise le site et le situe dans l’avenir de l’acier européen face à la transition.

 

 

 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept