Agression mortelle de Tomy Delmotte à Gosselies en 2017: Au tribunal, les témoins et le prévenu se sont exprimés

par
|

La cour d'appel du Hainaut a auditionné, vendredi, les témoins directs de la scène de coup qui a coûté la vie à Tomy Delmotte, décédé en septembre 2017 sur le parking d'une discothèque à Gosselies à la suite d'une bagarre.

Dans le cadre de cette affaire, Anas Ateyaoui a été condamné à cinq ans de prison ferme pour des coups ayant entraîné la mort de Tomy Delmotte, sans intention de la donner. Le caractère involontaire est remis en question par la partie civile. 
Lors de cette soirée, Tomy était accompagné de deux amis. L'un d'eux, Pierre, a raconté à la cour qu'une altercation verbale avait éclaté sur le parking. "Le groupe du prévenu, composé de trois hommes, est arrivé vers nous de manière agressive". Après avoir apaisé la situation, ils ont rebroussé chemin. Cependant, Tomy leur a ensuite fait un geste offensant, provoquant leur retour, au cours duquel il aurait reçu "un coup de poing dans le visage". Selon le témoin, la scène s'est déroulée sur le parking, et non sur la pelouse où la victime a été retrouvée. 

Le témoin a également expliqué qu'il avait pris la fuite par peur d'être passé à tabac par un homme qui le menaçait, ne se souvenant pas de l'identité de cet individu, étant donné qu'il avait consommé de l'alcool.
Anas Ateyaoui était également accompagné de deux hommes, Morgan et Najib, le soir de la bagarre. Selon le premier, "un seul coup" aurait été porté "au menton de la victime". Après l'agression, Morgan serait monté dans sa voiture et se serait approché de la victime inconsciente. "C'est là que j'ai compris que c'était grave. Lors de l'altercation, j'ai pensé que la victime était seulement sonnée", a-t-il affirmé. 
Le témoin n'aurait pas vu Karim en train de réanimer la victime, contrairement à ce que ce dernier aurait affirmé à Najib.

Karim n'a pas été entendu car il ne s'est pas présenté devant la cour, vendredi matin. 
Najib, un autre témoin, a quant à lui expliqué qu'il avait peu de souvenirs de cette soirée en raison de son état d'ivresse. D'après lui, l'agression se serait déroulée sur un terre-plein en terre et non sur un parking bétonné. "Anas lui a mis un seul coup, il n'y a pas eu d'acharnement. Tomy est tombé et n'a pas tenté de se relever. Pris de panique, je suis remonté dans ma voiture". Le témoin n'a pas su expliquer pourquoi le corps avait été déplacé, n'ayant rien vu.

Le prévenu s'exprime pour la première fois

Le prévenu Anas Ateyaoui, 33 ans, a aussi comparu ce vendredi. C'est la première fois que l'ancien boxeur semi-professionnel s'exprimait devant ses juges, lui qui avait fait défaut à son procès en première instance. Il s'y était rendu le jour du prononcé du jugement et il n'avait pas été arrêté à l'audience.

Le prévenu raconte qu'il avait passé la journée à fêter un mariage à Bruxelles. Il s'est ensuite rendu dans la discothèque de Gosselies, pour y passer la soirée. Au cours de la nuit, il est sorti pour accompagner son ami Najib, lequel ne tenait plus debout en raison de son état d'ivresse.
Il raconte que c'est une banale histoire de cigarette, réclamée par un ami de Tomy, qui a mis les deux groupes en contact sur le parking de la discothèque. Tomy se serait avancé vers lui, demandant s'il cherchait les problèmes. "Il a fait un mouvement d'épaule, tout en serrant son poing. Étant boxeur, j'ai compris qu'il voulait me donner un coup de poing. J'ai été plus rapide. Je lui ai mis un crochet du gauche dans le menton. Il est tombé comme une planche. Pour moi, il était seulement sonné, et pas en train d'agoniser", affirme le prévenu. L'ex-combattant en boxe thaïlandaise et anglaise précise qu'il avait raccroché les gants. 

Le trentenaire n'explique pas les lésions constatées par le médecin lors de l'autopsie. "Je ne peux pas en dire plus. J'ai seulement donné un coup, par réflexe. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé après." Il ajoute qu'il n'a pas déplacé Tomy. "Je n'ai vu personne lui porter secours ou le déplacer", dit-il. 
Me Lauvaux, avocat de la partie civile, révèle qu'aucune trace de coup au menton n'a été relevée par le médecin légiste lors de l'examen médico-légal. Tomy n'était blessé qu'à la bouche.  
Anas, qui précise qu'il n'avait pas bu, a appelé deux amis restés dans la discothèque pour poursuivre la soirée ailleurs. Il a appris la mort de Tomy dans les journaux, mais n'a pas voulu se livrer à la police. "J'ai commencé à stresser. Nous avons parlé des faits avec les copains, sans pour autant accorder nos violons. Nous avions tous plus ou moins la même version. J'avais peur de ce qui allait m'arriver si je me rendais à la police." 
Le prévenu montre à la cour, plan à l'appui, le chemin qu'il a parcouru pour rejoindre sa voiture. Il précise que l'agression a eu lieu sur le parking du restaurant Buffalo Grill, non loin de l'accès à la route. 
Me Lauvaux, pour la partie civile, remarque que le prévenu a envoyé un message à 6h24 à une fille, dans lequel il se vante "d'avoir couché" quelqu'un. "Il termine sa phrase par un smiley", note l'avocat. 

Les services de secours ont été appelés à 6h46 par Karim, qui parle "d'une victime frigorifiée". Anas Ateyaoui déclare qu'il avait déjà quitté les lieux. L'avocat lui répond que son téléphone portable active la borne téléphonique qui couvre la discothèque. Anas devait donc se trouver non loin de là. "Je tiens à préciser que je n'étais plus présent et que cette antenne couvre tout le zoning", répond le prévenu. 
L'avocat de la partie civile note que les enquêteurs ont constaté que le prévenu avait effacé plusieurs SMS envoyés entre 4h51 et 6h32, la nuit des faits. Anas Ateyaoui répond qu'il n'a effacé que le SMS de 6h24 à sa copine, laquelle a parlé de deux coups lors de son audition à la police. Le prévenu estime que les policiers ont mis la pression sur ce témoin. 
La cour a prévu une audience de plaidoiries, qui aura lieu le 26 janvier 2024.

 

Cliquez ici pour revoir notre reportage de 2017: 

Source: Belga


Sur le même sujet

Recommandations

Image
TC Charleroi : Huit ans de prison requis pour des agressions sexuelles commises entre 1999 et 2004

TC Charleroi : Huit ans de prison requis pour des agressions sexuelles commises entre 1999 et 2004

Le ministère public a sollicité mercredi, devant le tribunal correctionnel de Charleroi, une peine de 8 ans de prison ferme contre un octogénaire poursuivi pour des viols et des attouchements sur deux mineures d'âge âgées de moins de 16 ans lorsque les faits ont débuté. Des faits que le prévenu conteste.
Image

Une chambre spécialisée dans la prise en charge des violences conjugales ouvre à Charleroi

Une chambre traitant de la prise en charge des violences conjugales a ouvert ses portes lors d'une première audience mardi après-midi au sein du palais de justice de Charleroi. Le fonctionnement de cette chambre est similaire à la chambre de traitement de la toxicomanie (CTT) lancée il y a quatre ans à Charleroi. Deux premiers dossiers ont été évoqués.
Image

Bilan des inondations de janvier 2024 en Hainaut

Les violentes pluies qui ont touché la Belgique la semaine dernière ont provoqué de nombreuses inondations sur l’ensemble du pays. En ce qui concerne la Province de Hainaut, l’ensemble du territoire a été placé en alerte jaune et le sous-bassin de la Dendre en rouge.
Image
Deux plongeurs portés disparus aux lacs de l'Eau d'Heure: des restes humains découverts

Deux plongeurs portés disparus aux lacs de l'Eau d'Heure: des restes humains découverts

Des restes humains ont été découverts samedi matin dans les eaux des lacs de L'Eau d'Heure lors des recherches effectuées pour retrouver les deux plongeurs liégeois portés disparus après une virée nocturne jeudi soir sur le site de la Plate Taille à Froidchapelle (Hainaut), a indiqué samedi en fin de matinée le parquet de Charleroi. Les restes devront être examinés pour confirmer l'identité des victimes.
Image

Un enfant de neuf ans découvert dans une pièce étroite et obscure à Marcinelle

Un enfant de neuf ans a été découvert mercredi dernier dans une habitation rue du Basson à Marcinelle vivant dans une pièce étroite et plongée dans l'obscurité, a indiqué samedi matin le parquet de Charleroi d'après une information de Sudinfo. La mère et le beau-père de l'enfant ont été inculpés et placés sous mandat d'arrêt.
Image
Accident à l'Eau d'heure : Pourquoi la turbine n'était pas protégée !

Deux plongeurs portés disparus aux Lacs de l'Eau d'Heure: du matériel découvert

Des objets d'équipement de plongée appartenant à deux personnes différentes ont été découverts vendredi dans les eaux des Lacs de L'Eau d'Heure lors des recherches effectuées pour retrouver les deux plongeurs liégeois portés disparus après une plongée nocturne jeudi soir sur le site de la Plate Taille à Froidchapelle, a indiqué vendredi soir le parquet de Charleroi. Les fouilles reprendront samedi.
Image
Deux plongeurs portés disparus aux lacs de l'Eau d'Heure: des restes humains découverts

Les deux plongeurs portés disparus aux Lacs de l'Eau d'Heure toujours recherchés

Deux plongeurs expérimentés sont portés disparus après une plongée nocturne jeudi soir sur le site de la Plate Taille des Lacs de l'Eau d'Heure à Froidchapelle.
Image
Froidchapelle : le club-house du golf part en fumée

Froidchapelle : le club-house du golf part en fumée

Froidchapelle débute l’année avec une mauvaise nouvelle : le club-house du golf a été ravagé par les flammes. Un incendie s'y est déclaré le 1er janvier au matin.
Image
Erquelinnes : Un homme de 67 ans a été retrouvé mort chez lui

Erquelinnes : Un homme de 67 ans a été retrouvé mort chez lui

Un sexagénaire d'Erquelinnes est décédé dans l'incendie de sa maison le soir de Noël. Les causes du décès sont encore inconnues, l'homme de 67 ans vivait seul et n'a pas pu être secouru à temps.
Image
Six et huit ans de prison ferme pour trois braquages dans la région

Six et huit ans de prison ferme pour trois braquages dans la région

La 6e chambre du tribunal correctionnel de Charleroi a condamné, lundi après-midi, Joris D. et Hamza J. à respectivement six et huit ans de prison ferme. Les deux hommes étaient poursuivis pour trois braquages commis en quelques jours. Le duo avait reconnu son implication dans un seul fait.
Image
 Maude Dambremont coupable de tentative d'assassinat et d'assassinat de son bébé

Maude Dambremont coupable de tentative d'assassinat et d'assassinat de son bébé

Le jury de la cour d'assises du Hainaut a prononcé, mercredi, la culpabilité de Maude Dambremont pour la tentative d'assassinat de son fils Yann, âgé de sept mois, le 29 août 2019. Elle est aussi coupable d'avoir assassiné l'enfant, le 15 septembre 2019.
Image
Procès de Maude Dambremont: la défense plaide l'homicide involontaire, et plus l'acquittement

Procès de Maude Dambremont: la défense plaide l'homicide involontaire, et plus l'acquittement

Les avocats de Maude Dambremont ont plaidé, lundi après-midi, devant la cour d'assises du Hainaut, lors du débat sur la culpabilité. La Carolorégienne est accusée de la tentative de meurtre et du meurtre de son fils, Yann.
Image

Procès de Maude Dambremont: Entre la mort de son fils et son arrestation, elle réalisait des "débriefings police"

Image
Administration d’antalgique à son bébé : 3 ans de prison

Procès de Maude Dambremont: le papa présumé de Yann et un pédiatre décrié par l'accusée, auditionnés par la cour

Image
Trente mois de prison ferme pour des coups et blessures infligés à son ex-compagne

Six ans de prison ferme pour des viols commis sur sa fille mineure