Aller au contenu principal

L’ISPPC s’invite malgré tout au Conseil Communal de Charleroi

Hier soir, le Conseil Communal de Charleroi, pour sa rentrée, a voté à l’unanimité une motion pour défendre les petites lignes de chemins de fer. Le Plan Stratégique Transversal était aussi à l’ordre du jour. Une question d’agenda pour coller aux prescrits légaux, mais il ne sera dévoilé qu’après les Etats Généraux de Charleroi, en fin de semaine. Nous y reviendrons bien entendu. Mais le début du Conseil fut un peu houleux. Comme nous vous en parlions dans notre JT d’hier, PTB et Défi ont voulu relancer le débat sur l’ISPC, même i le sujet avait été évincé par le Bureau du Conseil Communal.

On en parle et pourquoi on en parle pas, de l’ISPPC

Et ça n’a pas tardé. Dès le début du Conseil, le PTB a ouvert le feu, et demande la parole. Geramin Mugemangango, le chef du groupe, demande une modification de l’ordre du jour en urgence pour parler de l’ISPPC. Une demande balayée par les arguments réglementaires du directeur général.

« Par rapport au Code de la Démocratie Locale, il n’est pas possible de modifier ce délai-là pour l’ordre du jour, a déclaré Christophe Ernotte. Et comme vous le savez, il y a eu une réunion du bureau du Conseil Communal à laquelle vous avez assisté. »

Un bureau du Conseil Communal qui a refusé questions et interpellations sur le sujet, se basant sur la jurisprudence.

« Généralement, le Conseil Communal traite en priorité des points de la gestion communale de notre ville en priorité, explique Jean-Philippe Preumont, le Président du Bureau et chef de groupe PS. Quand ça concerne des décisions qui sont prises dans des structures extérieures à la Ville, même si la Ville y a une participation, ces points-là ne sont pas repris en tout cas dans les questions et les interventions. »

Une Assemblée Générale ouverte aux conseillers communaux proposée par Jean-Philippe Preumont

Le président du Conseil Communal, Benjamin Debroux, a, lui, rappelé qu’il y avait deux réunions par an pour parler du programme des intercommunales. Et le Président du Bureau du Conseil Communal et chef de groupe PS propose une alternative.

« Aujourd’hui, j’ai proposé, en tant qu’administrateur d’organiser une assemblée générale ouverte aux conseillers communaux des quatorze communes associées, ajoute le chef de groupe PS. Mais la volonté est d’avoir de l’ouverte. Et le bon débat doit se tenir au bon endroit. »

Une proposition qui fait l’unanimité, hors les remarques du PTB et de Défi. Pour Ecolo, C+ et le MR, c’est le meilleur endroit de débat. Et comme quatorze communes sont concernées, cette Assemblée Générale semble donc déjà bien attendue par tous les politiques de Charleroi.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept