Aller au contenu principal

La ville de Fleurus vient en aide aux louageurs

Suite à la demande des sociétés de Gilles et des paysans bernardins pour venir en aide aux louageurs de costumes, la ville de Fleurus a contribué à cette demande en donnant un chèque de 1.000€ aux louageurs binchois.

Tout comme bon nombre d’évènements folkloriques, la Cavalcade de Pâques à Fleurus est cette année annulée pour cause de Covid, une décision que la commune a dû se résoudre à prendre mais qui n’est pas sans conséquences pour les louageurs de costumes, c’est pourquoi, les sociétés de Gilles et les Paysans Bernardins ont insisté sur la nécessité de soutenir les louageurs dans ce long moment de crise.

"À l’initiative des sociétés de Gilles que nous avons rencontré dans le cadre de la préparation de ce carnaval et de cette cavalcade.  Ils nous ont sollicité pour que l’on puisse avoir un geste envers les louageurs.  La réflexion était simple, sans louageurs pas de costumes et sans costume, il ne peut pas y avoir de carnaval.  C’est dans ce cadre-là que j’ai pris l’initiative de contacter le Bourgmestre de Binche et voir qu’elles étaient les initiatives qui étaient envisageables.  Ensemble, nous avons trouvé qu’effectivement un soutien financier même symbolique pouvait avoir du sens, c’est pour ça qu’on a pris contact avec les louageurs", explique le Bourgmestre de Fleurus, Loic D’Haeyer 

Un chèque de 1.000€

La somme du chèque dont les louageurs de Binche, fournisseurs de la Cavalcade, ont pu bénéficier de la part de la ville de Fleurus est de 1.000€, un acte émouvant et solidaire pour Karl Kersten, louageur binchois.

"C’est une belle initiative de la ville de Fleurus pour ce soutien.  Ca nous fait vraiment plaisir.  La société auprès de qui je loue nous a téléphoné directement après avoir eu contact avec le Bourgmestre et ça, ça nous a soutenu dans ces moments très très compliqués."

Pas de Folklore sans louageur

Grâce à cette démarche, d’autres villes et notamment celle de Binche vont également venir en aide aux louageurs.

Le droit passerelle qu’ils ont reçu n’est pas suffisant pour eux et tant que le folklore ne peut pas reprendre, leur métier non plus!

"Contrairement à d’autres secteurs comme la culture, l’horeca ou d’autres secteurs qui bénéficient aujourd’hui de soutien et d’aide, eux se sentent un peu les parents pauvres.  Et s’il n’y a plus de louageurs parce que, pendant la période difficile qu’ils traversent, ils sont contraints de mettre la clé sous le paillasson, s’il n’y a plus de louageurs, il n’y a plus de folklore et s’il n’y a plus de folklore, il n’y aura plus de carnaval," explique Francis Lorand, l’échevin du folklore.

Le Cavalcade autrement

En ce qui concerne la Cavalcade, elle aurait dû avoir lieu le week-end du 04 et 05 avril, mais quelques évènements auront toutefois lieu.

"Symboliquement, on marquera le parcours du cortège de fantaisie, nous installerons une quarantaine de photographies qui illustrent la Cavalcade de 2019, qui était la dernière que nous avons pu organiser.  Nous aurons également des images grand format au lieu stratégique en centre-ville pour rappeler ce qu’est l’évènement festif majeur à Fleurus", détaille Loic D’Haeyer.

La cavalcade vivra donc cette année, mais autrement, pour les fleurusiens, la cavalcade est peut-être annulée mais reste dans leur coeur!


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept