Aller au contenu principal

Travaux du futur campus universitaire de Charleroi : Un trou béant sous l'ancienne salle des musées industriels (vidéo)

Les travaux du nouveau Campus universitaire de Charleroi qui sera inauguré pour la rentrée académique 2023 avancent bien. Le directeur de l'Asbl "Centre universitaire Zénobe Gramme", Julien Dugauquier, est confiant. Une première phase technique impressionnante vient de s'achever. Le premier mai, le chantier du bâtiment Solvay, derrière le BPS22, va commencer. 

Le CampusUCharleroi c'est d'abord l'union de quatre partenaires, la Province du Hainaut, l'ULB, l'UMONS, la Ville de Charleroi et l'Université Ouverte de la Fédération Wallonie Bruxelles, autour d'un projet de pôle d’activités dans le domaine de l’enseignement supérieur et universitaire, de la formation, de la recherche scientifique, de la diffusion de la culture scientifique ainsi que de la sensibilisation aux métiers scientifiques et techniques.

Une ambitieuse et farouche volonté de faire de la métropole une cité universitaire.

Le Zénobe Gramme

Les travaux de modernisation du bâtiment Zénobe Gramme ont débuté il y a un peu plus d'un an. Il s'agit de recréer dans cet espace de 20 000 m2, des auditoires et des espaces de recherche.

"Ce bâtiment a été construit et inauguré pour l'exposition universelle de Charleroi en 1911, dans la glorieuse époque industrielle. Il a fait l'objet d'agrandissement en 1920-1930. Historiquement, il est le premier bâtiment de l'Université du Travail fondée par Paul Pastur."

Mais le bâtiment est vieux, et il ne correspond pas aux normes actuelles. Il faut notamment installer un vaste système de ventilation.  C'est la salle des musées industriels qui a été choisie et pour passer sous celle-ci, pas question de toucher à la structure. 

"Nous sommes dans le gros oeuvre fermé, la création des volumes, l'évacuation des terres. Nous nous sommes attaqués à la création de zones techniques. Nous avons du créer d'énormes volumes pour accueillir les groupes de ventilation dans la salle des musées industriels. Anciennement, elle accueillait des expositions et des machines industrielles. Nous avons dû recréer un volume sous le sol de cette salle."

Les images sont assez impressionnantes puisqu'il a fallu avant de pouvoir creuser, suspendre dans le vide la coursive historique qui court tout autour de la salle. Des poutres de plusieurs dizaines de mètres de long soutiennent les colonnes de la coursive et heureusement lorsqu'elle a été mise en charge, elle ne s'est pas écroulée. 

salle des machines

Créer des locaux techniques en sous-sol

Moderniser des locaux du siècle dernier, on l'aura compris n'est pas une mince affaire. Et ce n'est pas tout, car il a fallu creuser l'une des cours à l'arrière du bâtiment dans la rue Zénobe Gramme pour y installer des locaux techniques, cette fois. 5 à 6 mètres de terres ont ainsi été évacués. 

"Nous avons dû décaisser une cour pour créer des locaux qui accueilleront la chaufferie, les compteurs d'eau, les cabines électriques etc... Nous avons donc fait les travaux les plus lourds."

En effet, et l'opération n'en n'est qu'au début pourrait-on dire, même si 15 à 20% du budget conséquent de l'opération ont déjà été consommés.  L'ensemble coûtera effectivement entre 30 et 40 millions d'euros subsidiés à 75% par le FEDER, le Fonds européen de développement régional et la Wallonie. 

La sécurité avant tout

Charleroi, espère être victime de son succès, et si les prévisions sont justes, ce sont 12 à 15 000 étudiants et professeurs qui devraient prendre possession de ces bâtiments modernisés, propices à l'étude et à la recherche. 

Trois types d'enseignement verront le jour, un enseignement universitaire bien sûr au travers des cursus proposés par l'Ulb et L'UMONS. Un enseignement supérieur et un enseignement de promotion sociale.  Les plages horaires devront donc être largement étendues. 

"Les différents partenaires tablent sur une utilisation plus intensives de ces installations. Il a donc fallu repenser la sécurité des lieux. En accord avec la zone de secours Hainaut-Est, il a été décidé de créer de nouvelles sorties de secours. Néanmoins comme c'est un bâtiment classé, impossible de toucher à la structure."

Il a fallu revoir tous les accès aussi, certains châssis devront être remplacés et une détection générale sera installée dans tous les locaux. Ceci afin de mieux cibler le départ d'éventuels incendies et d'augmenter la rapidité d'intervention des hommes du feu. 

Début des travaux du bâtiment Solvay, le 1er mai 

Le bâtiment Solvay est situé derrière le BPS22, il accueille actuellement des laboratoires.  Il sera revu et corrigé pour accueillir, toujours des laboratoires, mais aux normes actuelles. 

"Il s'agit d'un bâtiment qui accueille actuellement une quinzaine de laboratoires pour les cours techniques des différents partenaires. Là, nous sommes dans une rénovation plus légère mais qui va permettre de mettre à jour, les équipements, aussi les normes au niveau incendie et électricité. Une chaudière indépendante sera installée. Les travaux se feront en deux phases de mai à Novembre pour que les cours puissent se poursuivre."

cam

Ensuite, viendront les travaux plus "légers" d'aménagement de Zénobe Gramme et du dernier bâtiment celui de  "Maçonnerie" situé juste à côté du BPS 22.

L'objectif étant d'accueillir les premiers étudiants, dans cet ensemble entièrement rénové, à la rentrée académique 2023.

Revoir aussi le reportage d'Anthony Cujas et Romain Maes sur le début des travaux en février 2020 : 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept