Aller au contenu principal

CHU de Charleroi : +21% de radiothérapies malgré la crise sanitaire

CHU de Charleroi : +21% de radiothérapies malgré la crise sanitaire

Malgré la crise sanitaire, le service de Radiothérapie du CHU de Charleroi a poursuivi sa progression en 2020 pour dépasser le cap symbolique des 1000 patients traités par an (1018 exactement). 

Ce service existe depuis 2004 sur le site de l’hôpital André Vésale de Montigny-le-Tilleul et réalise des traitements par radiations ionisantes, à 98% pour des pathologies cancéreuses mais également pour quelques pathologies bénignes comme les méningiomes, chéloïdes, neurinomes, gynécomasties, etc.

21% de patients en plus

Durant ses 10 premières années, la Radiothérapie du CHU de Charleroi s’est développé modestement, avec une concurrence importante, pour atteindre les 500 traitements annuels dès 2010. Mais à partir de 2014, grâce à une gestion optimale, des investissements de qualité et la motivation de l’équipe, la croissance du service s’est accentuée de façon exponentielle pour passer de 700 traitements en 2017 à plus de 1000 aujourd’hui.

Le communiqué du CHU précise les différents facteurs qui expliquent cette croissance. 

-          Des investissements modernes et judicieux pour une prise en charge optimale :

·         Traitements avec suivi de la respiration pour éviter de toucher les zones pulmonaires saines (Gathing) ou le cœur (DIBH)

·         Traitements dits surfaciques qui permettent de placer les patients idéalement pour leur traitement, ce qui ne nécessite plus de « tatouages » permanents sur le corps.

·         Traitements stéréotaxiques (radiochirurgie) pour les tumeurs, avec un développement pour traiter les métastases cérébrales et les névralgies du trijumeau.

·         Traitements adaptatifs avec l’achat d’une nouvelle machine qui permettra de moduler la dose et les champs de traitement en temps réel, en fonction de la diminution de la taille de la lésion durant l’irradiation.

-          Une reconnaissance et une visibilité grandissantes, en interne et en externe : passage de divers audits avec brio, patients venant d’Ostende, Bruges ou Bruxelles, etc.

-          Une continuité des soins optimale durant les récents confinements car les pathologies oncologiques devaient absolument être traitées : consultations téléphoniques ou en vidéoconférence, aucun délai de prise en charge, traitements des patients COVID

positifs en fin de journée avec désinfection adéquate, etc.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept