Enfant maîtrisé par la police à Nalinnes: le réseau d’enseignement s’explique

par
|

Après l'incident survenu la semaine dernière dans l'une de ses écoles d'enseignement spécialisé à Nalinnes, où la police fut appelée pour maîtriser un enfant de 9 ans en crise, le réseau d'enseignement Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE) s’explique et appelle au calme.

 

Pour rappel, la semaine dernière, un enfant d’une école spécialisée de Nalinnes avait été maîtrisé par la police après avoir fait une crise. Les forces de l’ordre avaient été appelées par les enseignants qui n’arrivaient pas à calmer l’enfant.

L’école parle d’une "crise aigüe que les personnels présents sur place n'ont pas réussi à canaliser malgré de multiples tentatives et ce pendant près de deux heures", explique WBE.

 

La maman n’a pas pu venir rechercher son fils assez vite

L’établissement a tenté d’abord en vain de contacter la maman. Quand il y est arrivé, elle a déclaré ne pas pouvoir voir de suite rechercher son fils. 

»Craignant qu'il se blesse ou ne blesse d'autres enfants ou qu'il ne fugue, la direction a finalement fait appel à la police. En effet, l'heure de fin de cours approchait et l'état dans lequel se trouvait l'enfant ne lui aurait pas permis de reprendre les transports scolaires", justifie le communiqué.

 

Pour garantir la sécurité de l’enfant

Le communiqué rappelle que la technique employée par la police ne l’a été qu’en dernier recours pour garantir la sécurité de l’enfant.

« Nous rappelons que les mesures de contention ne sont utilisées qu'en tout dernier recours, comme le précise une circulaire diffusée dans les établissements en 2016, à l'appréciation des acteurs de terrain, dans l’urgence. »

Selon WBE, ce type de situation dans ses établissements est "tout à fait exceptionnel ».

 

Il n’y aurait pas eu de propos racistes, selon WBE

Contrairement à ce qui avait été dit, WBE récuse toutes les accusations de racisme dont l’enfant aurait pu être victime. 

"Le racisme et la violence n'ont pas droit de cité dans nos établissements. Le respect de toutes et tous est une des valeurs cardinales de nos écoles. Nous ne pouvons tolérer les fausses accusations et les appels à la haine qui se déchaînent sur l'établissement et ses membres du personnel. Nos équipes éducatives œuvrent chaque jour pour accueillir au mieux les enfants et les jeunes qui leur sont confiés. Elles relèvent au quotidien d'innombrables défis avec au centre de leurs préoccupations l'accompagnement et le bien-être des élèves ».

 

VB d’après Belga


Sur le même sujet

Recommandations

Image
Un homme condamné à 5 ans de prison pour des viols de sa nièce

Un homme condamné à 5 ans de prison pour des viols de sa nièce

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné mercredi à cinq ans de prison avec un sursis probatoire d'une durée de trois ans un homme qui avait violé à plusieurs reprises sa nièce. Il avait également porté atteinte à l'intégrité sexuelle de la fillette, âgée de six ans au moment des violences.
Image
Gilone Tordoir, nouvelle présidente du tribunal de première instance du Hainaut

Gilone Tordoir, nouvelle présidente du tribunal de première instance du Hainaut

Gilone Tordoir a prêté serment, ce mercredi matin, devant le premier président de la cour d'appel du Hainaut en tant que nouvelle présidente du tribunal de première instance du Hainaut. Elle remplace Monique Lévêque.
Image
Deux ans de prison et disqualification d'une tentative de meurtre en coups et blessures

Deux ans de prison et disqualification d'une tentative de meurtre en coups et blessures

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné par défaut lundi un homme poursuivi pour une tentative de meurtre à deux ans de prison. La justice a également disqualifié les faits en coups et blessures. Le ministère public avait requis la peine de prison prononcée contre le prévenu.
Image
Selon une étude, l'inclusion des personnes handicapées dans le monde professionnel est "insuffisante"

Selon une étude, l'inclusion des personnes handicapées dans le monde professionnel est "insuffisante"

L'inclusion des personnes en situation de handicap dans le milieu professionnel est insuffisante, ressort-il mardi d'une étude réalisée à l'initiative de la Fondation Roi Baudouin.
Image
Retour sur l'European Blind Football League qui se tenait à Marcinelle

Retour sur l'European Blind Football League qui se tenait à Marcinelle

Le Cécifoot de Charleroi a mis les petits plats dans les grands pour accueillir cinq formations européennes d'un très bon niveau. Marcinelle a été le théâtre d'une formidable propagande sportive.
Image
Plusieurs communes de la Région ont bénéficié du label "Handy City"

Plusieurs communes de la Région ont bénéficié du label "Handy City"

L’association Esenca a remis un label « Handy City » à 13 communes de la région de Charleroi, du Centre et de Soignies. L’objectif: améliorer la qualité de vie des personnes en situation de handicap. La récompense de ce label est également une reconnaissance du travail accompli.
Image
Assises du Hainaut : Benoît Corman et Assumpta Nsimyumuremyi condamnés respectivement à 25 et 13 ans de prison

Assises du Hainaut : Benoît Corman et Assumpta Nsimyumuremyi condamnés respectivement à 25 et 13 ans de prison

La cour d'assises du Hainaut a prononcé, jeudi, une peine de 25 ans de réclusion criminelle à l'encontre Benoît Corman et une peine de 13 ans de prison contre Assumpta Nsimyumuremy.
Image
Assises du Hainaut : Benoît Corman et Assumpta Nsimyumuremyi condamnés respectivement à 25 et 13 ans de prison

Assises du Hainaut : De 15 à 25 ans de prison requis à l'encontre des meurtriers de Maria Isabel Alarcia Sanz

Le ministère public a requis jeudi, devant la cours d'assises de Hainaut, entre 15 et 25 ans de prison à l'encontre de Benoît Corman et Assumpta Nsimyumuremyi. Le couple a été reconnu coupable du meurtre de Maria Isabel Alarcia Sanz, commis à Gosselies en 2021.
Image
Assises Hainaut : Corman et Nsimyumuremyi déclarés coupables du meurtre de Maria Isabel Alarcia Sanz

Assises Hainaut : Corman et Nsimyumuremyi déclarés coupables du meurtre de Maria Isabel Alarcia Sanz

La cour d'assises du Hainaut a prononcé, mercredi, la culpabilité de Benoît Corman et d'Assumpta Nsimyumuremyi pour le meurtre de Maria Isabel Alarcia Sanz, commis le 9 juillet 2021 à la rue des Roseaux à Gosselies.
Image
Assises du Hainaut : Les avocats d'Assumpta Nsimyumuremyi ont plaidé son acquittement

Assises du Hainaut : Les avocats d'Assumpta Nsimyumuremyi ont plaidé son acquittement

Les avocats d'Assumpta Nsimyumuremyi ont plaidé l'acquittement de leur cliente mercredi, devant la cour d'assises de Hainaut. La femme de 41 ans est accusée, avec son compagnon Benoît Corman, du meurtre de Maria Isabel Alarcia Sanz.
Image
Assises Hainaut : Corman et Nsimyumuremyi déclarés coupables du meurtre de Maria Isabel Alarcia Sanz

Assises du Hainaut : Les accusés ont bel et bien tué Maria Isabel Alarcia Sanz, selon les parties civiles

Benoît Corman et Assumpta Nsimyumuremyi sont tous les deux coupables du meurtre de Maria Isabel Alarcia Sanz à Gosselies, ont soutenu mercredi les parties civiles devant la cour d'assises de Hainaut.
Image
Assises du Hainaut : Pour le parquet, Benoît Corman et Assumpta Nsimyumuremyi sont coupables de meurtre

Assises du Hainaut : Pour le parquet, Benoît Corman et Assumpta Nsimyumuremyi sont coupables de meurtre

Le parquet a requis, mercredi devant la cour d'assises de Hainaut, la culpabilité de Benoît Corman (53 ans) et d'Assumpta Nsimyumuremyi (41 ans) pour le meurtre de Maria Isabel Alarcia Sanz, commis à Gosselies en 2021.
Image
Assises du Hainaut : Benoît Corman et Assumpta Nsimyumuremyi condamnés respectivement à 25 et 13 ans de prison

La culpabilité des meurtriers présumés de Maria Isabel Alarcia Sanz débattue ce mercredi

Le procès de Benoît Corman et d'Assumpta Nsimyumuremyi s'est poursuivi mardi devant la cour d'assises du Hainaut à Mons. Le Carolorégien et la Belge d'origine rwandaise sont accusés du meurtre de Maria Isabel Alarcia Sanz, commis le 9 juillet 2021 à la rue des Roseaux à Gosselies.
Image
Crime à Gosselies: "c'était un couple à trois, avec l'alcool", déclare un expert

Crime à Gosselies: "c'était un couple à trois, avec l'alcool", déclare un expert

Le procès de Benoît Corman et d'Assumpta Nsimyumuremyi se poursuit mardi devant la cour d'assises du Hainaut à Mons. Le Carolorégien et la Belge d'origine rwandaise sont accusés du meurtre de Maria Isabel Alarcia Sanz, commis le 9 juillet 2021 à la rue des Roseaux à Gosselies.
Image
Meurtre de Maria Isabel Alarcia Sanz à Gosselies, les accusés donnent des versions divergentes

Meurtre de Maria Isabel Alarcia Sanz à Gosselies, les accusés donnent des versions divergentes

Le procès de Benoît Corman et d'Assumpta Nsimyumuremyi a débuté ce lundi devant la cour d'assises du Hainaut à Mons. Le Carolorégien et la Belge d'origine rwandaise sont accusés du meurtre de Maria Isabel Alarcia Sanz, commis le 9 juillet 2021 dans la rue des Roseaux à Gosselies.