Aller au contenu principal

Still standing for culture : Les opérateurs culturels décidés à ouvrir leurs salles

Still standing for culture : Les opérateurs culturels décidés à ouvrir leurs salles

A la veille du prochain comité de concertation qui devrait aborder le domaine culturel mais sans certitude aucune, le collectif Still standing for culture annonce la réouverture des salles de spectacles et autres entre le 30 avril et le 8 mai. A l'image des restaurateurs, 80 opérateurs vont tenter de passer en force après des mois de fermeture. C'est l'amertume qui règne dans les rangs de la culture depuis quelques mois déjà. 

Ils sont 80 a vouloir participer à cette action et ouvrir leurs portes entre le 30 avril et le 8 mais, ils ont exprimé cette volonté à l'intention de leur public sur leur site internet. Un texte qui commence comme ceci : 

« Cher public, Nous sommes des cinémas, théâtres, centres culturels, lieux pluridisciplinaires, festivals, salles de concert, centres d’expression et de créativité, maisons de jeunes, cafés associatifs… Nous représentons une partie de la diversité des pratiques culturelles en Wallonie et à Bruxelles. »

Dans le cadre de la cinquième action de « Still Standing for Culture », et de manière concertée, ils ont décidé d’accueillir du public, à nouveau, après 6 mois de fermeture. 

Entre le 30 avril et le 8 mai, il y aura donc chaque jour en Belgique des activités culturelles : projections, spectacles, concerts, débats, performances, répétitions publiques… 

Le samedi 1er mai sera une date symbolique pour marquer la volonté du secteur de retourner au travail. 

Cette action est rendue publique à la veille d’une réunion du Comité de concertation qui devrait, on le sait, se pencher sur la reprise des activités culturelles, associatives, sportives...

Si, à l’issue de cette réunion, les activités culturelles sont autorisées à reprendre immédiatement, les opérateurs accueilleront le public dans un cadre légal. Sinon, ils semblent bien déterminé à braver l’interdit. 

« Nous le ferons parce que nous voulons sortir de cette logique destructrice qui sacrifie les activités porteuses de sens, de débat et de lien social, et les relègue au rang de variables d’ajustement. Parce que les cartes blanches, les interpellations politiques et les précédentes actions n’ont pas fait bouger les lignes. Parce que nous répétons depuis des mois, sans être entendus, qu’il faut arrêter d’opposer les secteurs et que toutes les activités humaines doivent pouvoir reprendre de manière proportionnelle face à la situation sanitaire. »

La précarité et le désespoir gagnent le secteur de la culture, et la solidarité se désagrège. Rouvrir serait une première étape pour le monde culturel, pour sortir d’une situation qui va l’impacter pour longtemps encore. 

Et le virus dans tout ça ? 

Pendant ces 9 jours, certains opérateurs accueilleront quelques privilégiés dans leurs salles, d’autres en extérieur, toujours dans le respect des protocoles sanitaires décidés par les pouvoirs publics et appliqués entre juillet et octobre 2020 (port du masque, gel hydroalcoolique, distances et sièges vides entre chaque bulle…).

« Nous ouvrirons sans sous-estimer la dangerosité du virus, mais nous rappelons que les expériences et les études montrent que l’ouverture des lieux de culture n’a qu’un impact minimal sur les courbes de contamination face aux effets attribués aux activités des entreprises, des commerces et des services. »

 Ces acteurs du monde culturel refusent enfin que certains secteurs d’activités et certaines catégories de la population soient les seuls à porter le poids des mesures sur leurs épaules. Et pour défendre la diversité des lieux et des pratiques.

Ouvrir coûte que coûte

Il est possible que le Comité de concertation du 23 avril décide de prolonger la fermeture des lieux culturels. Reste à savoir si les bourgmestres et procureurs interdiront cette action politique commune du secteur culturel. 

On le sait des expériences pilotes doivent être menées, 6 au total, mais visiblement le secteur culturel trouve le temps long et veut des décisions plus rapides. 

Le secteur est prêt aussi à contester toutes les barrières qui leurs seront imposées comme les éventuelles amendes, solidairement, que celles-ci soient adressées aux organisateurs·rices, aux spectateurs·rices ou aux artistes.

La programmation sera disponible ce vendredi 23 avril à 9h sur : www.stillstandingforculture.be 

Parmi les participants carolo : Le Quai 10, le Théâtre de l'Ancre et le Vecteur qui s'associe à l'action qui sera proposée le 8 mai sous la coordination de l'Eden 


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept