Aller au contenu principal

GoShop: une aide pour créer des commerces à Gilly et Gosselies

Toujours dans les intentions déclarées du futur nouveau Gouvernement Wallon, il y a la généralisation des primes CréaShop qui veulent aider à la relance de commerces dans des lieux qui ont perdu de leur attractivité. Dans ce cadre, l’Association de Management de Centre-Ville pilote GoShop, un projet subventionné par Charleroi pour recréer des commerces dans le centre de Gilly et Gosselies. L’appel à candidatures était lancé officiellement ce matin.

40 000 euros pour aider à la création de commerces

Ce café à Gilly où se tient le lancement du projet Go Shop ne rouvrira qu’au début octobre. Pour aider à faire revivre le centre de Gilly. Comme Go Shop, une aide aide lancée aujourd’hui, qui s’inscrit dans la foulée de CréaShop pour accompagner les créations de commerces. Charleroi a accordé 40 000 euros pour Gilly et Gosselies. Et collabore avec l’AMCV, l’Association du Management de centre-Ville.

« GoShop est une aide de la Ville de Charleroi qui va permettre une redynamisation de nos centres commerciaux, annonce Babette Jandrain, l’échevin du commerce de Charleroi (PS). Et ici, des centres de Gilly et Gosselies.  On a démarré par ces deux communes qui, à une époque étaient des centres-ville super-dynamiques. »

« C’est un type de quartier difficile du point de vue du commerce, des faubourgs périphériques qui sont tombés en désuétude depuis 20 ou 30 ans, précise Jean-Luc Calonger, le Président de l’Association du Management de Centre-Ville. (…) Il y a eu une première expérience en 2013 à Bruxelles. Et on s’est rendus compte qu’il y avait des besoins de commerces de proximité. Et on a proposé de soutenir les projets et de payer 60% des frais d’installation pour un montant maximal de 6 000 euros. »

Une aide qui a fonctionné à Bruxelles et dans d’autres villes

D’autres expériences ont eu lieu à Liège, puis dans quinze villes dont Charleroi. Le principe et les montants sont gardés.Mais cette fois, c’est dans des faubourgs périphériques avec leurs spécificités. Avec des bâtiments à l’abandon. Ni proposés à la location ni à la vente. 

« Nous avons des taux de réussite de l’ordre de 95,%, continue Jean-Luc Calonger. Donc quand un commerce est accepté par le jury, c’est que, vraiment, il a toutes les chances de réussir. »

« Gilly et Gosselies ont souffert, conclut l’échevin du commerce, donc on s’est dit qu’on allait commencer par ces deux communes. Mais le but est de s’étendre au fil des années aux reste des communes de Charleroi »

Et pour s’inscrire, c’est simple. Un formulaire sur le site de l’AMCV. Un jury décidera si le projet de nouveau commerce est solide. Un premier pas dans le sens de la volonté du futur gouvernement wallon. Qu’il faudra vendre désormais dans toute la Wallonie.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept