Aller au contenu principal

Tibi: ce qui va changer dans les trois ans

Tibi, l’intercommunale de gestion des déchets de notre zone présente aujourd’hui dans son assemblée générale son nouveau plan stratégique pour les trois ans à venir. Et les défis sont nombreux. Entre la reprise de la propreté de Charleroi, le finition de la rénovation de l’incinérateur ou le recyclage des plastiques qui ne sont pas encore repris dans les sacs bleus.

Un plan ambitieux qui prévoit de nouveaux bâtiments

120 millions d’investissements. Des engagements. De nombreux défis en matière de recyclage et de collecte. Le Plan Stratégique 2020-2022 de Tibi est ambitieux. Ce sont les priorités et les défis de l’intecommunale pour trois ans. Avec d’abord un élargissement du pôle environnemental de Couillet.

« Pour l’intégration de la propreté publique de Charleroi, explique le directeur général de Tibi, Philippe Teller,, nous allons avoir un nouveau bâtiment et un nouveau garage, ainsi qu’un nouveau bâtiment pour la Ressoourcerie. Et nous allons développer nos partenariats avec différents partenaires, entre autres dans le recyclage des plastiques. »

En 2021, on recyclera TOUS les plastiques

Et c’est l’un des grands défis. Recycler les P+, les plastiques non-encore repris dans le sac bleu, comme les sacs, les sachet ou les films plastiques qui entourent des bouteilles, par exemple. Ou encore les barquettes, les pots de yaourts ou les tubes de dentifrice. A partir de mi-2021. Grâce à un investissement de plus due 17 millions d’euros pour que le centre de tri puisse trier 100% des P+MC.

Dans les recyparcs, diverses choses devraient aussi changer. On y acceptera entre autres aussi les plastique durs, comme les meubles de jardin, mais plus les P+MC qui sont dans les sacs.

Et Tibi continuera à installer des conteneurs à verre enterrés. Et compte amplifier les poubelles à puce dans la zone. Des communes qui vont devoir choisir entre conteneurs à puce et sacs biodégradables pour collecter l’organique.

Suite de la modernisation de l’incinérateur

La rénovation de l’incinérateur, qu’on appelle aujourd’hui l’UVE, l’Unité de Valorisation Energétique va se poursuivre. On doit encore y construire un nouveau broyeur, un système d’alimentation d’un réseau de chaleur sur Farciennes, et une unité de production d’hydrogène pour alimenter des véhicules.

Tibi, responsable de la propreté publique carolo

Et puis, il faudra gérer l’extension de la reprise de la propreté publique de Charleroi. Jusqu’ici, seulement dans l’intra-ring. D’ici trois ans, dans le reste de la ville.

« On va entrer dans la phase 2 de la propreté publique de Charleroi, ajoute Gaëtan Bangisa, le président de l’iintercommunale de déchets. C’est un pas en avant pour la ville et qui ouvrira peut-être des portes pour d’autres communes. C’est un geste fort pour l’avenir de Tibi. »

« Nous allons passer d’un peu plus de 500 agents à près de 700 à terme grâce à l’intégration de la propreté publique, se félicite le directeur de l’intercommunale. Tibi, à la fin de ce Plan Stratégique sera une grosse intercommunale qui assurera la salubrité publique. »

L’objectif, c’est encore d’en faire plus et diminuer le poids des déchets à incinérer. En rappelant que Tibi est la seule intercommunale à assumer seule tous les départements de la propreté et des déchets.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept