Aller au contenu principal

Tibi reprend la propreté à Charleroi Nord, Lodelinsart et Dampremy

C’est un cap qui est passé dans le domaine de la propreté publique à Charleroi. Depuis le printemps 2018, l’intercommunale Tibi avait repris la propreté publique dans l’intra-ring de Charleroi. Et aujourd’hui, la phase deux de la cette reprise a commencé. Désormais, c’est Tibi qui s’occupera de la propreté dans le district Centre. Les camions de l’intercommunale passeront tous les deux jours pour lutter entre autres contre les dépôts clandestins. Avec des engagements et des investissements à la clé pour Tibi. Avant de s’étendre petit à petit sur tout le Grand Charleroi. 

Premier nettoyage de dépôt clandestin par Tibi aujourd’hui à Charleroi Nord

C’est un dépôt clandestin récurrent sur la place du Nord. Et pour la première fois, il est nettoyé par Tibi. C’est le lancement de la deuxième phase d’externalisation de la propreté publique à Charleroi. Depuis mars 2018, l’intercommunale nettoyait déjà les rues et places de l’intra-ring carolo Désormais, elle s’occupe aussi du district Centre, soit Charleroi Nord, Lodelinsart et Dampremy. Concrètement, Tibi assurera le balayage mécanisé, le balayage manuel, la vidange des corbeilles publiques et le traitement des dépôts clandestins sur le district Centre, comme c’est déjà le cas dans l’intra-ring. Le service propreté et dépôts clandestins passera tous les deux jours un peu partout sur Charleori Nord, Dampremy et Lodelinsart.

« Aussi bien la Ville que les citoyens de l’intra-ring étaient contents, se réjouit Mahmut Dogru, l’échevin carolo de la propreté (PS). Les sondages qu’on a fait ont révélé de très bons chiffres. Et c’est pourquoi on décidé de passer à l’extra-ring en commençant par le district Centre. Et ce, même si ce service plus efficace devrait coûter très légèrement plus aux carolos. Ca coûtait 80 cents environ par semaine par citoyen. Aujourd’hui, on sera à un peu moins d’un euro. »

Tibi investit en matériel et en personnel

Mais il faut prendre en compte aussi l’investissement conséquent en matériel que va consentir Tibi. Indispensable puisque le matériel de la Ville commençait à devenir vieux, voire parfois obsolète.

« Nous allons investir de manière significative en balayeuses et en camions compartimentés de manière à pouvoir collecter l’ensemble des dépôts clandestins, explique Philippe Teller, le directeur général de Tibi. Et les camions de la propreté publique auront des couleurs différentes. Ils seront blanc avec un peu d’orange. On ne veut pas que le citoyen confonde notre mission de collecte des déchets ménagers avec notre mission de propreté publique. Ce sont deux missions distinctes. Et elles seront marquées par les couleurs différentes de nos camions. »

Et dans ce processus, possibilité est laissée aux ouvriers de la propreté de la Ville de demander leur mobilité vers Tibi. Jusqu’ici, 90% de ceux repris jusqu’ici par Tibi ont un contrat à durée indéterminée. Et pour cette deuxième phase, il y a eu d’autres engagements. Douze, pour être exact. Et quand le processus arrivera à son terme, on arrivera à 161 agents pour la propreté publique chez Tibi.

Dans deux ans, Tibi s’occupera de la propreté de tout le Grand Charleroi

« Le processus va se développer, conclut l’échevin. D’ici moins de deux ans, ce sont les cinq districts de Charleroi qui seront repris par Tibi pour la propreté publique. »

Dès novembre, les district sud et ouest passeront à Tibi pour la propreté. En janvier 2021, ce sera le tour du district nord. Et enfin, le district est en juillet 2021. Tibi aura alors repris toute la propreté publique du Grand Charleroi.


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter en entrant vos données ci-dessous

Direct X

Création de sites Internet EasyConcept™ Logo Easyconcept